Start-up of the bitch or not? #20 – la biotech nantaise Xenothera

Le 9 mars 2021 Radio Bleu a publié en titre

Coronavirus : à Nantes, Xenothera attend toujours des commandes de l’Etat, malgré un traitement prometteur

 

puis comme pour renforcer son côté pute-à-clics

Malgré les résultats prometteurs de son traitement contre la Covid-19, le laboratoire nantais Xenothera attend toujours de recevoir des précommandes de l’Etat. Avec le risque que les premières doses partent à l’étranger.

Xenothera est une biotech née en juin 2014 à partir des travaux du professeur émérite Jean-Paul Soulillou, ancien chef de service des transplantations rénales au CHU de Nantes. Sa présidente est Odile Duvaux, au double parcours professionnel atypique, à la fois médical et chez Auchan.

Son objectif commercial est aujourd’hui de transformer une supposée promesse présidentielle faite le 11 février, en pré-commande ferme de 30 000 doses individuelles de son XAV-19.

À la clé, un chiffre d’affaires potentiel pour la start-up, entre 30 et 60 millions de dollars selon notre tarsier mascotte. Il l’a calculé à la louche en intégrant les prix publics de 2 traitements US contre la COVID conçus à partir d’anticorps de synthèse et non ceux de porcs bretons.

Sur la page d’accueil du site web de Xenothera, on peut y lire

Investors already trusted us since 2014 by funding the company for 8M€, completed with 13M€ non dilutive financing. We are raising an additional 45M€ in 2021 to develop our pipeline with venture capital. Our products will offer a substantial patient benefit and address unsolved major public health issues. (les mots en gras sont de mon fait)

Par “non dilutive financing“, nous devons sans doute comprendre les subventions déjà attribuées venant de l’État français et de l’Europe.

Je vous propose une analyse Kchehck de Xenothera. Pour collecter leur nourriture numérique, vous verrez que nos robots araignée n’ont pas hésité à se rendre avec leurs petites pattes mécaniques jusqu’aux archives cliniques de la capitale de la République Tchèque…

Communauté (-)

Sur son compte Twitter, Xenothera est très active en collectionnant toute une série d’interviews dans les médias régionaux ou nationaux à l’image de France 3 ou de France 2. Ce pressbook virtuel ne passionne cependant pas les internautes si on en croit le déséquilibre négatif entre ses abonnements, 870 et les abonnés, 591.

Le nombre de followers est beaucoup plus important sur sa page LinkedIn,1 844 exactement au dimanche 14 mars au matin, expression surtout des nombreuses relations de sa dirigeante.

Ce sont les deux seuls réseaux sociaux où Xenothera est directement et officiellement présente. Elle a sans doute oublié sa chaîne YouTube où elle n’a que 11 abonnés…

Je ne compte pas tous les complotistes attirés par tout ce qui concerne Xenothera et qui peuplent Facebook... auxquels un médecin a su rationnellement répondre

Tout à fait, tant que les résultats des études ne sont pas sortis avec la levée d’aveugle, rien n’est validé et un produit prometteur peut faire flop comme très récemment l’étude Mirage d’Abivax.

Un bon produit avec des résultats prometteurs dans l’inflammation chronique mais pas pour le Covid.

Faisabilité (-)

Xenothera n’a mis au bout de presque 7 ans aucun médicament sur le marché, ce qui pourrait n’avoir rien d’inhabituel pour une biotech.

Opportunément après avoir répondu à l’appel à projets Flash COVID de l’ANR en mars 2020, elle a redécouvert les vertus anti-coronavirus de ses anticorps polyclonaux brevetés.

Depuis le 29 décembre 2020, 400 patients dans plus de 40 centres hospitaliers reçoivent sur la base du volontariat son traitement expérimental XAV-19. Bien qu’un tiers aurait déjà reçu sa piqûre, aucun résultat détaillé et intermédiaire n’a filtré.

Cet essai clinique avait été autorisé dès le 7 août 2020 par l’Agence du Médicament. C’est la phase 2b de POLYCOR sous la responsabilité du Professeur François Raffi, chef de service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Nantes. Officiellement elle est prévue se terminer fin décembre 2021 et non pas avant l’été selon l’information transmise intentionnellement et reprise innocemment dans les médias.

Ce n’est pourtant normalement qu’ensuite, que la start-up pourrait se voir délivrer après étude des résultats, une Autorisation Temporaire d’Utilisation sur le marché français.

En cas de réponse positive, cela pourrait aller vite en refaisant appel aux services de la production à façon de LFB Manufacturing à Alès.

L’essai clinique phase I/II précédent de son traitement LIS1 anti-rejet d’une greffe du rein, qui devait avoir lieu en 2020 après avoir reçu l’autorisation de l’Agence Réglementaire de la République Tchèque, semble être toujours en phase recrutement de ses 10 volontaires, d’après la base de données Center Watch.

Effectivement nos robots araignée polyglottes n’ont pas trouvé la moindre conclusion.

Dommage car cet essai qui devait avoir lieu à l’Institut de Recherche Clinique et Expérimentale de Prague, aurait permis de commencer à démontrer l’efficacité de la plate-forme technologique d’anticorps glyco-humanisés d’Xenothera.

Kchehck reste négative sur cette Faisabilité en attendant les conclusions des hôpitaux sur sa véritable efficacité sur le terrain et non plus in vitro.

Modèle Économique (-)

J’évacue pour l’instant, la commande providentielle que pourrait décider quand même le gouvernement français afin de satisfaire un choix 100% politique de future indépendance sanitaire. C’est hors scope de la présente analyse Kchehck.

Quant au marché des biotechnologies, Kchehck est bien obligée de l’appréhender dans sa globalité planétaire.

Xenothera devra affronter deux poids lourds de l’industrie pharmaceutique américaine, Regeneron et Lilly qui ont développé des anticorps de synthèse monoclonaux qui peuvent parfois se conjuguer.

Le produit expérimental du premier a bénéficié du choix médiatisé sur l’ensemble de la planète du Président Trump en octobre 2020 alors qu’on venait d’apprendre qu’il avait attrapé la COVID.

À la suite de cet usage présidentiel, le 21 novembre, la FDA a publié l’équivalent de notre autorisation temporaire d’utilisation pour le REGEN-COV 

En 2021, l’Allemagne aurait commandé 200 000 doses auprès de Regeneron et la France 100 000 doses auprès de Illy du Bamlanivimab, ce qui confortent leur potentiel de 2 nouveaux blockbusters médicaux à l’échelle du globe.

Avec le nombre croissant de personnes vaccinées, on peut s’attendre d’ici quelques mois, à la baisse de malades hospitalisés ayant besoin de ce type de traitement….

Kchehck évalue Kd la start-up Xenothera.

Je vous offre ici son Certificat de Fast-Kchehcking valable 6 mois à partir de ce dimanche, soit jusqu’au 14 septembre 2021.

Share

Start-up of the bitch or not? #20 – la biotech nantaise Xenothera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *