Le Seigneur des Anneaux Connectés est…

La société McLear Limited a été créée en Angleterre le 27 novembre 2012 par Edward John Mc Lear pour mettre au point, industrialiser et distribuer la première smart ring en titane ou céramique, au design unisexe et neutre indémodable.

L’entrepreneur multirécidiviste et millionnaire américain Matt Mullenweg, fondateur entre autres de WordPress, a apporté le capital indispensable à un démarrage réussi de la start-up britannnique.

Son produit hightech contient une puce pour dialoguer avec des systèmes électroniques sans jamais avoir besoin de batterie grâce à ses qualités d’induction. On le paramètre facilement à partir d’une application maison sur son smartphone android ou IOS.

Le bijou technologique glissé à votre index vous facilitera le paiement sans contact et accessoirement le déverrouillage automatique de serrures compatibles.

Attention aux nombreuses imitations bon marché venues de Chine qui ne fonctionneront pas avec leur application gratuite à télécharger sur les app stores comme y témoignent de nombreux contrefacteurs malgré eux !

La Fintech a obtenu des autorités en Grande-Bretagne l’autorisation de proposer un portefeuille numérique pour gérer le plus facilement possible des services financiers à base de cashback et plusieurs aménités exclusives

The McLEAR products and associated payment accounts are issued by PayrNet Limited (“PayrNet”) pursuant to a license from Visa. PayrNet is regulated and authorised by the Financial Conduct Authority of the United Kingdom under the Electronic Money Regulations 2011 (Ref: 900594)

Entre le 20 juillet et le 19 août 2013, John a mené avec succès une campagne de Crowdfunding sur Kickstarter.

McLear a collecté 241 869 livres auprès de 7 664 contributeurs pour donner vie à son sésame au standard universel. On peut remarquer la très grande mobilisation d’une communauté internationale préalablement acquise à l’Open Source. Notre inventeur continue d’y puiser son inspiration, depuis 2019 en tant que CTO de l’entreprise éponyme.

Afin de protéger et revendiquer publiquement sur ses 2 sites mclear et ncfring, l’antériorité de son invention sur le plan international et particulièrement aux États-Unis, McLear jouit en pratique de deux solides brevets

Patent #1 : Contact information social exchange method and system publié le 3 juillet 2014 sous le numéro US 2014/0187160 A1

Placing an antenna in a ring and two way communication with a ring and another device

Patent #2 : Wearable Data Transmission Device and Method publié le 12 février 2015 sous la référence US 20150042450A1

Inserting NFC inlays in a Ring Embodiment (Both metallic and ceramic)

Using Hand Gestures to perform different tasks with a Ring including unlocking a phone and sharing contact information

Interacting between a Ring and an access control system

Leur particularité est que la start-up peut accorder librement et gratuitement à qui elle veut, une licence d’exploitation parmi celles et ceux qui lui en font la demande poliment avant de lancer leur propre bague intelligente…

Tout est expliqué de façon claire et limpide et tient sur une simple page.

Si jamais une société commerciale commence à distribuer sa bagouze avant d’obtenir leur accord préalable, elle s’expose à de sérieuses déconvenues de nature judiciaire.

La future licenciée devra surtout s’engager auprès de McLear à ce que tous ses futurs développements sur sa bague soient dans le domaine public. Voilà une sacrée bombe à retardement et fragmentation qui ressemblerait un tout petit peu aux effets de la pure licence GNU conçue par Richard Stallman…

Le même texte indique avoir accordé à ce jour une licence à seulement 3 sociétés : Visa Collab Inc, Mastercard Inc et DangerousThings Inc.

ÀMHA, si les conditions de ce licensing partent d’une noble intention afin de ne pas vouloir geler de futures innovations, elles confèrent en quelque sorte un droit de vie ou de mort sur les autres acteurs du marché qui risquent d’avoir un mal de chien à les valoriser.

Toute start-up ayant un ou plusieurs brevets ultérieurs voulant exploiter une puce NFC dans une bague risquera de les voir transformer en sable au moins aux yeux de ses actionnaires.

Pour enfoncer le couteau dans la plaie si nécessaire, seule McLear a le droit d’utiliser la marque “NFC Ring™

Pour en faire la démonstration, McLear n’a pas hésité à attaquer en justice sur le territoire américain la société Kerv Wearable afin de faire valoir ses droits

McLear poursuit deux stratégies commerciales

Stratégie commerciale #1: La vente directe de sa bague connectée proposée au détail en ligne à 89,99 livres soit presque 100 euros

Stratégie commerciale #2 : La vente indirecte personnalisée au logo des établissements bancaires clients comme par exemple la West Bank en Australie qui l’offre au prix de 15 dollars australiens, soit environ 9 euros avec la souscription individuelle à leur compte Halo.

McLear annonce des résultats quantitatifs plus qu’encourageants pour poursuivre sa domination à l’échelle européenne dont probablement la France selon son discret commentaire lu sur sa page Facebook

We have delivered more than 350,000 smart rings worldwide…

Share

Le Seigneur des Anneaux Connectés est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *