La remise de l’humility award

Nous sommes encore à presque 3 mois du prochain CES édition 2017 de Las Vegas et déjà ses célèbres awards commencent à pleuvoir sur les 219 entreprises françaises participantes en étant célébrés en toute absence d’humilité.

On se croirait presque au milieu du Tour de France à une distribution de médailles en chocolat par la caravane publicitaire de la French Tech, pendant que des haut-parleurs, rugirait la chanson de Queen : We are the Champions.

Dites-donc ! Heureusement que le ridicule ne tue pas ! 

Face à cette pluie de récompenses distribuées sans réel discernement et même sans possibilité de monétisation sur eBay, j’ai créé moi aussi un award dans une nouvelle catégorie inédite dans le petit monde de la French Tech : The humility award ou Le prix de l’humilité.

J’ai décidé unilatéralement avec moi-même 😉 de décerner ce nouveau prix à un jeune créateur lyonnais d’origine italienne, Ottavio Bortolin qui a démarré sa campagne de Crowdfunding sur Ulule le 6 octobre 2016 pour financer la production artisanale et locale, de la Sculptr Delta, une imprimante 3D de son invention .

Ottavio ne cherche pas à nous fourguer l’histoire tellement de fois resucée du jeune prodige dont l’invention est née dans un garage…

J’ai ressenti de l’humilité à tous les stades de son projet et cela augure à mon humble avis d’un avenir très prometteur pour sa future start-up :

Humilité #1 : Fixer un Objectif Financier Minimum réaliste et réalisable

L’objectif Financier Minimum est de seulement 1 500 euros et hier mardi 25 octobre, cet objectif a été dépassé à 6 jours de la fin de la campagne avec 1 913 euros collectés. Ottavio s’est fixé un objectif modeste mais à sa portée de créateur d’une première campagne de Crowdfunding : vendre 2 ou 3 imprimantes ! Tant mieux si le quota est dépassé !

Humilité #2 : Une imprimante à l’esprit très KISS ou Keep it Simple, Stupid

La Sculptr Delta est une imprimante 3D proposée au prix de 450 euros montée, testée et livrée chez vous.

Les plans et les fichiers 3D des pièces en plastique sont librement disponibles sur le site web spécialisé Thingverse. Pour les parties électronique et mécanique hors pièces plastiques, Ottavio n’a fait appel qu’à des éléments standards que l’on trouve dans le commerce.

Humilité #3 : Qui veut aller loin après une campagne de Crowdfunding préserve sa réputation

Ottavio a déjà réussi son premier pari puisqu’il a dépassé son Objectif Financier Minimum et qu’il réussira certainement à tenir ses promesses de livrer sous le sapin de Noël, les premières imprimantes 3D réservées sur Ulule.

Je trouve la démarche de Ottavio être à l’opposé du hype artificiel de nombreuses start-up de la French Tech dont la fabrication est pourtant malgré le nom du label, made in China, ce qui en plus n’est pas sans risques.


Share

La remise de l’humility award

4 réflexions au sujet de « La remise de l’humility award »

  1. Laurent dit :

    Comparer un projet fait par une personne seule et qui n’a aucune viabilité économique à long terme à une startup est quand même complètement tiré par les cheveux…. (meme si je vous l’accorde, il y a un phénomène de hype autours de l’éco-système des startups actuellement).

  2. Merci Laurent pour votre commentaire et votre accord sur le hype actuel de l’écosystème. Mais qui vous dit que Ottavio ne réussira pas à créer sa start-up ? à assembler de plus en plus d’imprimantes 3D ? à recruter des personnes pour l’aider et avoir à terme une start up viable ? Il y a déjà eu un jeune texan Michael Dell qui a commencé comme Ottavio en 1984, en assemblant des PC dans sa chambre d’étudiant… qui sait ?

    1. Laurent dit :

      Vous connaissez le marché des imprimantes 3D ? Quel est l’avantage compétitif de son produit ? Quels sont ses moyens marketing ? Quels sont ses moyens R&D ? … et surtout comment va-t’il industrialiser ?
      C’est un étudiant brillant qui a conçu une machine simple et peu chère (mais en plastique, pour le même prix vous trouvez des imprimantes similaires mieux finies, ex: micro delta rework ) et il réussira probablement a en fabriquer quelques-unes. Mais s’il vous plait ne parlez pas de startup!

      1. Vous avez raison Laurent, c’est encore trop tôt pour parler de start-up. D’ailleurs je ne le fais pas dans l’article directement et en réponse j’ai écrit au futur : “Mais qui vous dit que Ottavio ne réussira pas à créer sa start-up ?”
        Mais vous savez, les startup aujourd’hui en France, c’est comme après l’éclosion des oeufs d’une tortue sur une plage : beaucoup de bébés mais un nombre très faible de jeunes tortues survivront à la pleine mer…
        Je ne le connais pas comme étudiant alors je ne sais pas si il est brillant. Par contre ce que j’ai repéré en préparant l’article, c’est sa façon de parler de son projet sur ce forum et son écoute aux remarques qui lui ont déjà été faites par les membres d’une communauté beaucoup plus calée que moi sur le sujet des imprimantes 3D :

        https://www.lesimprimantes3d.fr/forum/topic/1340-limprimante-3d-made-in-france-sculptr-delta

        A suivre…

Répondre à Michel Nizon Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *