Le serpent de Tesla va-t-il faire une seule bouchée de Gulplug ?

Le 16 juin 2017, j’ai publié une première analyse de Gulplug.

J’écrivais notamment

Elle devrait céder l’activité d’économies d’énergie et avec l’argent de la cession, proposer de racheter à Schneider Electric son ou ses brevets sur le connecteur magnétique d’alimentation pour y consacrer toutes ses ressources humaines et financières.

Le 4 octobre 2018, j’en remettais une couche lors de la publication de sa fiche d’analyse Kchehck disponible dorénavant en téléchargement libre ici. Merci de remarquer qu’elle est donc périmée depuis le 5 avril 2019

Gulplug devrait abandonner l’activité d’optimisation énergétique afin de pouvoir consacrer toutes ses ressources humaines et financières sur Selfplug.

Elle n’aurait alors d’autres alternatives que de réussir sa commercialisation.

La note attribuée initialement était Kd.

Nous sommes le dimanche 3 janvier 2021 et j’avais été à demi soulagé d’apprendre en lisant la nouvelle proposition d’investissement de Wiseed, que Gulplug s’était résignée à mettre en vente Save It Yourself, son activité d’économies énergétiques industrielles. Après sa 3e levée de fonds, elle se consacrera enfin seulement à Selfplug

Mais ne sera-t-il pas trop tard ? C’est ce que je vous propose d’examiner maintenant

Communauté (-)

Il y avait deux stratégies possibles afin d’assurer la diffusion de Selfplug

Stratégie #1 : Vendre l’adaptation d’un véhicule électrique ou hybride existant au travers d’un réseau de franchisés

Stratégie #2 : Courir désespérément après des constructeurs de voitures électriques jusqu’à risquer la panne sèche fatale.

Malheureusement, Gulplug est d’abord une société créée par des ingénieurs et le départ à la retraite en fin d’année dernière d’un de ses 2 cofondateurs remplacé par Henri Trintignac ne modifiera rien. Son ADN reste inchangé et en pratique c’est la stratégie 2 qui est toujours privilégiée plus que jamais avec l’arrivée de l’ancien vice-président de Valéo. 

Bien que le parc installé en Europe était estimé à plus d’un million de voitures électriques dès courant 2018, la page Facebook de Gulplug ne compte que 87 personnes abonnées aujourd’hui. Il n’y a visiblement pas de désirabilité du consommateur pour l’automatisation de leur recharge électrique. Pas surprenant quand on pense au réflexe pris en faisant soi-même son plein de sans plomb sans l’aide d’un(e) pompiste, qu’elle/qu’il soit humain(e) ou humanoïde.

Faisabilité (-)

À ce jour, aucun constructeur automobile de nationalité française, allemande ou américaine ne produit en série le prototype Selfplug pour équiper un ou plusieurs de ses modèles.

Il faut avouer qu’à l’heure des robots photogéniques de Boston Dynamics, la solution proposée par Selfplug finirait par paraître primitive, grossière pour ne pas dire légèrement out of date. Sa rusticité est d’ailleurs avouée involontairement en 2018 à demi-mots, dans une interview de son cofondateur et en 2021 CTO, Xavier Pain, sur France 3

C’est une vieille technologie magnétique et électro magnétique. Ça été inventée à Grenoble par Louis Néel, développée au G2Elab (école de génie électrique de Grenoble) et on est les seuls au monde à faire une technologie magnétique pour faire une connexion automatique. On utilise des aimants permanents et on utilise de l’électro magnétisme pour guider, pour centrer, pour bien aligner les aimants et assurer une connexion électrique physique une fois l’alimentation réalisée.

Sa description peut être comparée avec la vidéo d’un protoype de Tesla pour une fonction identique, publiée sur la chaîne du constructeur californien le 6 août 2015 et introduite par ce tweet

Charger prototype finding its way to Model S.

Si la chaîne YouTube de Tesla est suivie par 1,63 million d’abonnés, celle de Gulplug n’en a que… 55.

Le clip est ressorti de son oubli à la suite d’un simple tweet d’Elon Musk datant du 8 octobre 2020

Yes

Elon répondait à la question posée par Zain le même jour

Will we ever see the automatic snake charger?

À la différence essentielle de Selfplug, le chargeur serpent de Tesla ne nécessite aucune modification de la voiture… ce qui devrait accélérer son adoption à sa date de disponibilité.

Décidément l’ADN de Tesla est autant marketing que technologique, amplifié par l’omniprésence d’Elon Musk sur les réseaux sociaux…

Modèle Économique (-)

Il est important de noter que l’annonce de Tesla est dans le cadre d’une voiture 100% autonome, sans aucune intervention humaine pour traverser les différents États américains.

L’automatisation de la recharge électrique n’apparaît pas autrement comme une priorité de mise sur le marché à court terme par ses principaux acteurs. Il suffit de se rendre sur les sites des différents constructeurs pour s’en rendre compte, Renault, BMW, Mercedes, Volkswagen, Opel,…

Gulplug se garde de communiquer le nom du mystérieux constructeur automobile qui aurait accepté d’intégrer son magnétisme breveté.

Kchehck maintient sa note Kd pour Gulplug.

Une nouvelle fois cette évaluation ne devrait pas empêcher de nombreux wiseeders de mettre la main au portefeuille pour apporter leur contribution volontaire à l’augmentation de capital en cours, d’un montant total compris entre 300 k et 500 k euros.

J’avais eu l’occasion de le titrer le 13 mai 2017

Il n’y a pas que la valeur argent dans la vie de l’investisseur

Ces actionnaires particuliers pourraient être motivés en pensant participer ainsi à la transition écologique afin de vouloir sauver notre planète. C’est ce qu’a compris la plate-forme d’Equity Crowdfunding en rappelant dans son émail du 30 décembre 2020 intitulé Accélérez la mobilité verte 🚗, 3 arguments qui leur sont spécifiquement destinés pour faire mouche

  • Réduire le coût total de possession des véhicules à batterie
  • Augmenter la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité
  • Réduire les émisions de CO2 des véhicules hybrides rechargeables.

Voilà de quoi se donner une bonne conscience après avoir versé son obole à partir de 100 euros. Cerise sur le gâteau, certains de ces wiseeders auront joué au VC faussement éclairé en participant à sa FAQ.

En attendant, Volkswagen a dévoilé son premier prototype de robot chargeur autonome pour parkings collectifs en s’inspirant du serpent mécanique de Tesla.

J’ai peur que ces reptiles intelligents finissent par engloutir un jour ou l’autre les aimants de Gulplug

Share

Le serpent de Tesla va-t-il faire une seule bouchée de Gulplug ?

Une réflexion au sujet de « Le serpent de Tesla va-t-il faire une seule bouchée de Gulplug ? »

  1. Monsieur,

    J’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt et j’en retiens deux questions que nous aussi, chez GULPLUG, nous nous sommes posés :
    1. Quel marché faut-il viser: équipement de véhicule existant (aftermarket) ou première monte constructeur?
    2. Comment se compare SELFPLUG au SNAKE de TESLA et plus généralement aux autres solutions?

    Je me propose de partager avec vous les réponses que nous y avons apportées.

    Concernant la première question, rappelons que SELPLUG est constitué de deux sous-ensembles; la Vehicle Unit (VU), embarquée sur le véhicule, et la Ground Unit (GU) reliée au réseau électrique. Chaque véhicule nécessite l’intégration mécanique et système de la VU, la GU est universelle.

    En additionnant les coûts de développement nécessaires pour implanter la VU sur les différents véhicules constituant la majorité du parc, coûts qui devraient être supportés par GULPLUG, les marges des distributeurs de la VU, de la GU, les coûts d’installation de la VU sur le véhicule et de la GU sur le lieu de stationnement, au prix de SELFPLUG nous arrivons à un montant qui dépasse largement ce que le grand public est prêt à dépenser pour automatiser le branchement.

    En première monte constructeur, le coût d’installation sur le véhicule est réduit puisque fait en usine, les cascades de marge distributeur/installateur sont réduites et surtout le constructeur valorise le gain sur la durée de vie, voire la capacité, de la batterie induit par branchement automatique, l’équation économique a une solution. Concernant les coûts de développement, un équipementier automobile se charge de développer, sous licence de GULPLUG, la VU adaptée à chaque véhicule, GULPLUG se concentrant sur la seule fourniture de la GU universelle limitant ainsi son besoin en cash. Certes le time to market est plus long mais les volumes sont beaucoup plus importants et surtout moins incertains.

    Pour autant GULPLUG n’a pas renoncé à commercialiser SELPLUG en aftermarket mais en ciblant le marché des flottes où le nombre de variantes de véhicules à équiper est réduit diminuant le coût de développement, le nombre d’intermédiaires à rémunérer plus faible et où l’opérateur de flotte valorise mieux le branchement automatique. Une première expérimentation est en cours, et ce marché contribuera à financer, dès 2022, l’accès au marché de la première monte constructeur.

    Quant à la deuxième question, GULPLUG a recensé près d’une dizaine de systèmes de recharge automatique, classés en trois grandes familles :
    1. Les robots 3 axes, fixes ou mobiles, qui viennent insérer leur prise dans celle du véhicule, comme par exemple le SNAKE de Tesla ou le robot de VW
    2. Les pantographes installés au sol sur l’emplacement de stationnement, qui lorsque le véhicule est stationné déploient un bras qui insère sa prise dans celle installée sous le véhicule,
    3. Une prise qui descend du véhicule et vient se connecter à une base fixe installée sur l’emplacement de stationnement sous le véhicule. C’est à cette dernière famille que SELFPLUG® appartient.

    Les robots 3 axes ont l’avantage d’être compatibles avec la prise véhicule existante. En revanche leur amplitude de déplacement est grande dans les trois dimensions pour pouvoir prendre en compte des prises positionnées à l’avant, sur le côté voire à l’arrière du véhicule. La précision des mouvements est de l’ordre du millimètre pour pouvoir insérer la prise et nécessite un système de vision et un algorithme de positionnement sophistiqué faisant appel à une puissance de calcul élevée. Le robot 3D serait le candidat idéal pour le marché de l’aftermarket, mais son coût est bien supérieur à ce que le client est prêt à payer. Au demeurant, KUKA, leader sur le marché de la robotique, a abandonné le développement qu’il avait lancé.

    Les pantographes nécessitent une prise spécifique implantée sur le dessous du véhicule, comme SELFPLUG, certes l’amplitude de leur déplacements est réduite mais la précision reste la même que celle des robots 3 axes et eux aussi ont besoin d’un système de guidage sophistiqué.

    SELFPLUG présente l’avantage de nécessiter moins de mouvements pour connecter les deux prises, tous sans exigence de précision, dont le dernier, le positionnement et l’insertion de la prise véhicule dans la base, est réalisé sans aucun dispositif mécanique. De plus SELFPLUG ne nécessite pas de système de guidage précis ni du véhicule ni du dispositif mobile pour insérer la prise, tout est géré magnétiquement. Notre conclusion est que SELFPLUG est par conception plus simple, donc sera plus robuste et plus économique.

    Le consensus parmi les constructeurs et les équipementiers automobile que nous avons consultés conforte l’opinion de GULPLUG :
    1. Les constructeurs sont prêts à équiper leur véhicule d’une prise spécifique, ils le font déjà pour les systèmes de recharge inductifs,
    2. SELFPLUG est plus simple, plus robuste et plus économique que ses concurrents.

    Vous trouverez plus de détails dans les différents documents mis à la disposition des investisseurs. https://www.wiseed.com/fr/projet/31366403-gulplug

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *