Dis-moi Miroir magique, quelle est la plus belle des start-up dans son royaume ?

Dans une jeune pousse, on investit pour une seule raison : occuper la place de numéro 1. (Benjamin Zimmer, coauteur du livre : Start-up, arrêtons la mascarade – Extrait de son interview dans le magazine québécois Les Affaires – 15/06/2019)

Reine : Esclave du miroir magique, accours du plus profond des espaces, par les vents et les ténèbres je te l’ordonne, parle, et montre-moi ta face.
Miroir : Que veux-tu voir ma reine ?
Reine : Miroir magique au mur, qui a beauté parfaite et pure ?
Miroir : Célèbre est ta beauté majesté. Pourtant, une jeune fille en loques, dont les haillons ne peuvent dissimuler la grâce est, hélas, encore plus belle que toi.
Reine : Décris la-moi, apprends-moi son nom.
Miroir : Lèvres rouges comme la rose, cheveux noirs comme l’ébène, teint blanc comme la neige.
Reine Blanche-Neige !

J’ai repris cet extrait de la page intitulée Les répliques dans « Blanche-Neige et les Sept Nains » du site disney-planet.fr.

Le Miroir magique, bien que propriété de la Reine, n’avait pas eu peur de lui révéler la vérité d’une réalité, pour elle particulièrement douloureuse : Il y avait a new competitor in town et son nom était Blanche-Neige !

Dans le conte des 2 frères allemands Grim publié la première fois en 1812, revisité avec succès aux États-Unis en 1937 pour le grand écran par Walt Disney himself, deux beautés se disputent le premier prix, à l’intérieur d’un royaume imaginaire.

Nous connaissons toutes et tous la suite de l’histoire

Kchehck joue aussi ce rôle du Miroir magique de la Reine dans Blanche-Neige. Pour chaque start-up analysée, Kchehck remonte de ses filets numériques, les principales concurrentes de son écosystème entrepreneurial.

Dans un environnement économique globalisé et de plus en plus darwinien, toute volonté sérieuse de domination, ne serait-ce que d’un segment de marché, se résume le plus souvent aux yeux du tarsier mascotte de Kchehck, par un Duel au soleil.

Cette compétition est inconnue le plus souvent, du moins pour celles et ceux qui veulent continuer d’ignorer, à leurs risques et périls professionnels, notre Miroir magique

Dommage, un financeur informé en vaudra toujours deux ! 🙂

J’ai rédigé le 13 juin 2019, la Fiche d’Analyse de la start-up rennaise Newcy. Vous pouvez la visualiser / télécharger ici librement (sans avoir besoin de vous enregistrer) et gratuitement, à titre exceptionnel en tant que lectrice ou lecteur de ce post

Newcy a créé un gobelet en polypropylène sans bisphénol A et sans phtalates, de forme
légèrement tronconique, breveté, personnalisable et réutilisable. Sa collecte et son lavage jusqu’à 150 fois sont effectués par une entreprise d’insertion et/ou adaptée locale.

Newcy loue ses gobelets avec un process complet incluant les livraisons, les récupérations et les lavages. La start-up cible principalement les grandes entreprises qui ont des distributeurs automatiques de boissons et un service Responsabilité Sociétale des Entreprises ou RSE.

En septembre 2018, elle a levé 1 million d’euros auprès de 3 fonds d’investissement.

Kchehck identifie la future numéro 1 potentielle sur chaque marché kchehcké

La concurrente lyonnaise créée en septembre 2016 par Éléonore Blondeau, SED’IN, a conçu la solution CleanCup. Elle supprime les gobelets en plastique pour les remplacer par des verres personnalisables, réutilisables et consignés afin d’offrir une meilleure expérience de boire. Leur lavage est assuré sur place grâce à un robot distributeur-collecteur-nettoyeur connecté.

En ce tout début de seconde quinzaine du mois de juin 2019, SED’IN serait toujours à la recherche d’investisseurs d’après les déclarations publiques de sa fondatrice…

SED’IN est la Blanche-Neige du royaume du zéro gobelet plastique qui n’aurait pas encore trouvé son prince charmant. 🙂

C’est la mise en pratique du Miroir magique appliqué à l’ensemble des start-up. Il vous révèlera que ce n’est pas toujours la plus dotée en premier qui répondra au mieux aux besoins et exigences du marché.

Il est important pour tout acteur économique, privé ou publique, en charge d’une manière ou d’une autre d’un portefeuille de start-up, de mesurer les chances de succès de chacune de ses « pépites ».

Sans quoi, ce serait prendre le risque d’être dans les choux en ratant jusqu’à l’information de l’existence d’une future leader, qui serait restée jusque-là hors de son champ d’investigation, même en jouant à Jack Bauer

Je vous donne à titre d’illustration, 3 analyses récentes publiées cette année où la start-up, objet principal de chaque article, devra affronter sa propre Blanche-Neige

Exemple #1 : (27 janvier 2019Miroir, gentil miroir Kchehck, dis-moi, dans le royaume des shampoings personnalisés, Prose sera-t-elle leader aux États-Unis ?

Miroir magique : Non, désolé. La gagnante sera très probablement… Function of Beauty.

Jack Bauer : Damn it!

Exemple #2 : (7 avril 2019) Miroir, gentil miroir Kchehck, dis-moi, dans le royaume des détections algorithmiques du cancer, Hera-MI sera-t-elle leader en France ?

Miroir magique : Non désolé. La gagnante sera probablement… Therapixel.

Jack Bauer : Damn it!

Exemple #3 : (2 juin 2019) Miroir, gentil miroir Kchehck, dis-moi, dans le royaume des applications pour manger mieux, Yuka sera-t-elle leader en France ?

Miroir magique : Non désolé. La gagnante sera probablement… Open Food Facts.

Jack Bauer : Damn it!

Share

Dis-moi Miroir magique, quelle est la plus belle des start-up dans son royaume ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *