Bouge ta boite ou la stratégie entrepreneuriale gagnante du Hula hoop

Bouge ta boite est une SAS au capital de départ de 16 610 euros domiciliée à Rennes.

Elle a été créée le 18 octobre 2016 par Marie Eloy, bretonne d’adoption, diplômée du CELSA Paris-Sorbonne et ancienne journaliste parachutiste-globe-trotteuse de RFI ou Radio France Internationale pour les non auditeurs.

Géraldine Cloerec, ex Audencia, est la directrice des opérations.

L’entreprise compte environ douze personnes, essentiellement des femmes.

On retrouve cependant 6 hommes sur 11 membres dans son comité stratégique, parité à l’envers oblige aussi : Frédéric Lescure (CEO Socomore), Guillaume Richard (fondateur bienveillant de Oui Care), Jean-Pierre Letartre (CEO EY France + Luxembourg + Maghreb), Emmanuel Picot (PDG d’Evolis), Gonzague de Blignières (co-fondateur de RAISE) et Arnaud Chaigneau (responsable de l’innovation à NUMA).

Bref, une belle brochette d’experts praticiens en start-up au service de la jeune pousse. Et je n’ai pas cité de manière nominative chacune des 5 femmes stratèges également présentes à ce board…

Je m’y étais intéressé grâce au tweet du 11 septembre 2019 de Maureen Le Mao, journaliste à L’agence API, finistérienne pur beurre selon sa propre bio sur Twitter

@BougeTaBoite a vocation à accompagner les #femmes entrepreneures dans le développement de leur #business. @marieeloyfdeb m’en parle ce matin dans @lalettreapi  ⤵️

https://twitter.com/lalettreapi/status/1171687630444122112

La start-up rennaise qui ne ressemble à aucune autre, venait de lever 1,3 million d’euros auprès de plusieurs business angels et de BNP Paribas Développement, Sofiouest ainsi que de Breizh Up.

C’était sa deuxième levée de fonds après une première de 400 000 euros l’année précédente.

La veille, Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi (groupe Arkéa) et cofondatrice du SISTA, très engagée pour la cause des femmes entrepreneures avait tweeté

En 🇫🇷  les #startups fondées par des #femmes ont 30% moins de chances que celles fondées par des hommes, d’être financées par le capital risque.

👉🏽  Résultat du baromètre : @wearesista @BCGinFrance Notre pays se doit que les entrepreneur.e.s soient le reflet de la société civile.                                                           https://twitter.com/wearesista/status/1171465524326223878

Vous pouvez retrouver l’étude complète du baromètre SISTA Les inégalités d’accès au financement pénalisent les créatrices de startup, réalisée en collaboration avec le Boston Consulting Group ici [PDF].

Par ses deux augmentations de capital successives, Bouge ta boite était le parfait contre-exemple de cette réalité machiste

Elle propose un club d’affaires décentralisé, réservé exclusivement aux femmes entrepreneures. Elle a vocation à encercler toutes les villes françaises.

Chacun de ses cercles réunit une quinzaine de Bougeuses qui se réunissent à l’heure du déjeuner, une fois toutes les 2 semaines, sous l’animation bienveillante d’une Bousteuse.

2 bougeuses d’un même cercle ne peuvent exercer une activité concurrente afin de maximiser la positive attitude. Il peut donc y avoir légitimement plusieurs cercles dans une seule ville.

C’est la mise en pratique systématique d’une formule plus populaire chez les américain(e)s, pour des raisons historiques et culturelles, que chez nous

I scratch your back you’ll scratch mine

ÀMHA, il s’agit même d’un des quelques faux secrets qui expliquent le succès supérieur du monde des affaires outre-Atlantique. Son origine pourrait bien remonter au temps de la conquête du Far West où il était impossible de survivre seul(e) et sans mettre à son tour… sa roulotte en cercle.

Je vous propose d’explorer en détails les 3 critères de l’analyse kchehck pour cette start-up bretonne atypique, à but pas uniquement lucratif. Elle ressemble un peu sous cet angle, à l’entreprise de son principal actionnaire/mentor, Oui Care.

Communauté (+)

Bouge ta boite surfe à contre-courant sur un écosystème entrepreneurial et financier, dominé majoritairement par les hommes, qui doit redorer son image d’un manque de plus en plus criant de parité.

Avant de créer Bouge ta Boite, Marie Eloy a fondé l’association loi 1901, Femmes de Bretagne, déclarée à la préfecture du Morbihan fin janvier 2014.

Le site Web associatif nous informe que moyennant une cotisation aujourd’hui de 45 euros par an maximum, Femmes de Bretagne a réuni en 4 ans, 7 000 femmes sur 5 départements, porteuses de projets, entrepreneures et femmes solidaires.

Cette organisation a permis à Marie Eloy de commencer à constituer par avance la communauté qui allait représenter le futur cœur de Bouge ta boite.

La jeune société compte 7 846 abonné(e)s sur sa page LinkedIn et 9 843 sur Facebook

Faisabilité (+)

L’organisation par cercles est très pertinente.

Côté symbole, le cercle représente une forme de perfection et une égalité entre les personnes si on pense à la Table ronde du roi Arthur dans la forêt pleine de légendes de Brocéliande.

Quand on dispose des personnes en cercle, on sait que l’on peut les atteindre avec le même effort depuis le centre.

Ce réseau d’affaires de par sa forme cellulaire adoptée, a un ADN indestructible. Il pourra se démultiplier à l’infini, au-delà même des frontières de la France, si ses 2 dirigeantes le désirent. Après tout, elles ont su dépasser très rapidement les limites géographiques de la Bretagne.

L’entreprise compterait aujourd’hui 5 500 Bougeuses.

Modèle Économique (+)

Du 19 septembre au 10 octobre 2019, Bouge ta boite organise pour renforcer sa présence, un Tour de France de l’entrepreneuriat féminin, dans une fameuse caravane américaine en aluminium Airstream.

Des conférences gratuites seront organisées qui permettront de recruter de nouvelles membres.

Rejoindre Bouge ta boite coûte 49 euros par mois ou 490 euros hors taxes par an à titre individuel. Elle s’engage en contre-partie à augmenter le chiffre d’affaires de ses adhérentes.

Dans le montant de l’adhésion est inclus, un mini site Web pour présenter de façon très claire et structurée, l’entreprise de chaque membre avec toutes ses coordonnées. Il y a 3 rubriques : la société, l’équipe et son actualité.

La stratégie gagnante du Hula Hoop

Quand Mark Zuckerberg démarre en 2003 son réseau social The Facebook, on ne peut pas lui reprocher de manquer d’ambition. La conquête du monde était certainement déjà dans sa tête.

Cependant il ne commence pas immédiatement à vouloir conquérir toute l’Amérique de manière simultanée mais seulement chacune de ses universités, ville par ville.

Il va d’abord se concentrer sur Harvard (Cambridge, Massachusetts), puis Columbia (New York), puis Stanford (Stanford, Californie) et enfin Yale (New Haven, Connecticut). Vous connaissez la suite….

C’est ce que j’ai nommé la stratégie du Hula Hoop dont j’admire la pratique à la perfection également chez Bouge ta boite.

En évoluant de la sorte, Bouge ta Boite me fait penser à cette progression d’une efficacité redoutable, malheureusement sous-estimée par de nombreuses start-up parties trop rapidement à la conquête de notre petite planète.

Autre similitude avec le Hula Hoop, il ne faut pas stopper de se bouger avec adresse, afin de ne pas laisser tomber son cercle. Ce n’est pas pour rien quelle a surnommé ses membres, les Bougeuses.

Ah j’oubliais, le Hula Hoop vient encore des États-Unis, cette fois des années 50’s…

Un jour prochain, il faudra peut-être adopter la stratégie de Michael Dorsey alias Dorothy Michaels joué par Dustin Hoffman dans le film Tootsie, tant l’envie de l’homme sera grande de rejoindre un des cercles Bouge ta boite de sa ville.

Je plaisante, quoique…

L’analyse Kchehck attribue officiellement à Bouge ta boite la note maximale Ka+.

Share

Bouge ta boite ou la stratégie entrepreneuriale gagnante du Hula hoop

2 réflexions au sujet de « Bouge ta boite ou la stratégie entrepreneuriale gagnante du Hula hoop »

Répondre à Michel Nizon Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *