Des créateurs qui ne manquent pas d’air

Un verre ça va,… 3 verres bonjour les dégâts (Pub T.V. – Comité Français d’Education pour la Santé -1984)

10-Vins rêve de devenir la Nespresso du vin

10-Vins a été créée en 2012 à Nantes par 3 ingénieurs expérimentés : Thibaut Jarrousse, Luis Da Silva et Jérôme Pasquet dans le rôle du George Clooney du vin !

10-Vins c’est :

– une sélection de vins

– la D-Vine prononcez Divine, une machine volumineuse : hauteur de 60,2 cm x largeur de 25,2 cm x profondeur de 20 cm en forme d’imprimante 3D au prix public de 499 euros TTC. Malheureusement cette machine ne permet pas la transformation de l’eau en vin. Pas de miracle, vous devez enfoncer dans le corps de la machine, un flacon en verre en forme d’éprouvette qui contient le précieux élixir de Bacchus sélectionné. Il faut compter de 2,75 à 16 euros pour l’équivalent d’un verre de vin à l’unité

– une distribution de flacons de vins de 10 cl. Ces tubes sont fabriqués par WIT France. Chaque contenant est muni d’une puce RFID ou Identification par Radio Fréquence qui permet d’indiquer à la machine la température et le niveau de ventilation à apporter au vin sélectionné.

Grâce à l’innovation des 3 nantais, vous finissez par payer le vin aux prix affichés sur la carte d’un restaurant, même hors amortissement de la machine. Trop fort ! Mais c’est le tarif pour vous permettre d’offrir chez vous le vin au verre dans les mêmes conditions gustatives que si votre vin avait été servi par un sommelier.

10-Vins a terminé sa campagne de Crowdfunding sur Ulule le 19 décembre 2014 en collectant 40 618 euros auprès de 181 contributeurs. 85 % de l’Objectif Financier Minimum de 15 000 euros a été atteint en 48 heures. 122 machines ont été financées dont 100 au prix de 249 euros soit plus de 50% de remise sur le prix public, sans compter les nombreux accessoires offerts. Les premières livraisons auraient eu lieu en décembre 2015. La machine est en précommandes sur 10-vins.com avec une date prévisionnelle de livraison à fin janvier 2016.

Si cette campagne de Crowdfunding vaut étude de marché, alors le prix d’acceptation du public pour cette machine semble être de 249 euros TTC et pas forcément 499 euros.

10-Vins a ensuite collecté 847 182 euros lors d’une augmentation de capital sur la plateforme d’Equity Crowdfunding régionale Proximea, entre le 7 et 30 mai 2015. C’est plus de 20 fois ce que la campagne de Crowdfunding sur Ulule a rapporté !

10-Vins a participé au CES 2016 de Las Vegas afin de convaincre les américains de déguster les grands crus français à l’aide de la D-Vine. Pour vendre des milliers d’appareils, il faut viser l’export dès le départ.

L’édition 2016 du CES ou Consumer Electronics Show a eu lieu du 6 au 9 janvier. Pour la 49ème année, plus de 3 600 sociétés présentaient 20 000 nouveautés sur plus de 2,4 millions de mètres carré. Un espace, l’Eureka Park était réservé pour les 500 start-up présentes dont un quart d’entreprises françaises menées tambour battant par notre jeune, photogénique et brillant Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique : Emmanuel Macron. Durant le CES, le but de chaque entrepreneur semblait être de vouloir immortaliser son passage par un selfie aux sourires Ultra brite et en prenant des airs de victoires, avec le populaire représentant officiel de la France.

L’Eureka Park du CES 2016 a ressemblé à un concours Lépine à la sauce américaine des objets connectés plus ou moins utiles dans la vie quotidienne, des chaussures chauffantes qui se lacent automatiquement aux sextoys présentés soit comme des objets érotiques, soit comme des produits pour la santé.

Les journalistes ont adoré tous ces nouveaux gadgets et le buzz médiatique a battu son plein avant, pendant et après le salon. Il n’y a pour autant aucune corrélation entre la surexposition dans les médias et le chiffre d’affaires de certaines de ces entreprises. Cette forme de tapage ne vaut pas validation par le marché, loin de là…

Francky goes to Las Vegas

Francky Trichet est vice-président de l‘Université de Nantes et adjoint au Maire de la même ville, en charge du numérique. Légitimement, il accompagnait les start-up nantaises dont 10-Vins à cette grand-messe.

Francky a été le premier à annoncer le 6 janvier un scoop mondial, via son compte Twitter, coiffant même au poteau les grands médias américains présents :

@10_Vins de #Nantes remporte le 1er prix #CES Best Startup Award #lafrenchtechCES @NantesTech #NantesRocks #YEAH

Ce premier cocorico national au goût du Muscadet Sèvre et Maine sera repris des centaines de fois directement ou indirectement par des internautes anonymes, mais aussi par de nombreuses personnalités dont Nathalie kosciusko-morizet :

Toutes mes félicitations à @10-Vins, startup nantaise élue Meilleure Startup au #CES2016

ou Pierre Gattaz, président du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) :

La FrenchTechCES a fait salle comble hier. Une cure d’optimisme revitalisante ! Et bravo à @10_Vins pour leur award !

ou l’ancien Maire de Nantes et Premier Ministre Jean-Marc Ayrault :

Félicitations à @10_Vins élue meilleure startup au @CES2016. Le dynamisme de @NantesTech et de la @FrenchTech est une nouvelle fois reconnu !

ou Johanna Rolland, Maire de Nantes :

La belle histoire @NantesTech continue avec @10_Vins qui remporte le prix de la meilleure startup au @CES2016 de Las Vegas. Bravo à vous !

Cette pluie de louanges n’a pas été ignorée par les médias.

Par exemple, le site internet du quotidien local Presse Océan, dès le 7 janvier titrait :

L’ENTREPRISE NANTAISE 10-VINS SACREE MEILLEURE STARTUP A LAS VEGAS !

ou le site web de TF1 le 9 janvier à 13h30 publiait :

10-vins Cette start up qui remporte la médaille d’or au CES de Las Vegass (erreur d’orthographe d’origine sur le nom de la ville)

Le 7 janvier, un tweet de 10-Vins confirmait la véracité supposée par tous de l’information de Francky sans aucune fausse modestie :

@10_vins : Merci à tous pour vos messages, l’aventure continue #CES2016 . Fiers de représenter la #FrenchTech et d’avoir été élus Meilleure Startup !

Seul un tweet de Business France, l’agence nationale chargée du développement des exportations et des investissement internationaux en France, daté du 8 janvier, nous éclairait un peu mieux, au moins sur la provenance de ce prix  :

Les nantais remportent le Best #StartUp of the CES Award de #Tech.Co! 

Un tweet répété des centaines de fois, y compris par des personnalités publiques, fait-il de son contenu une vérité ?

Je me suis posé la question car après tout, il arrive même à l’Agence France Presse de se tromper, comme le samedi 28 février 2015, en annonçant la mort de Martin Bouygues par erreur… mais je m’égare. Revenons au sujet qui nous occupe.

Dans un premier temps, J’ai voulu vérifier si les médias US reprenaient l’information de Francky : Rien, néant ! Ils ne voulaient peut-être pas avouer que la meilleure start-up du CES 2016 était française, par nationalisme mal placé.

J’ai ensuite contacté par e-mail, le service de presse du CES, vendredi 8 janvier en fin d’après-midi. Je voulais en avoir le cœur net ! :

Subject : #CES Best Startup Award?

Hi,

I’m looking for information about the « #CES Best Startup Award » and who the winner is.

I don’t find any information.

Thanks for your help.

Michel

Hi Michel,
 
Please click here for the  « Best of CES 2016 » award winners.  The best startup is included.
Thanks!
 
Best Regards,

Sandi Carney  

CES Press Registration

J’ai reçu la réponse ci-dessus samedi 9 janvier, soit moins de 24 heures après ma demande.

J’ai aussitôt cliqué sur le lien communiqué en réponse afin de vérifier que la meilleure start-up du CES 2016 était 10-Vins comme annoncée dans des centaines de tweets et de nombreux médias français.

Eh bien non ! La meilleure start-up du CES 2016 est Owlet et pas 10_Vins !

Owlet est une entreprise basée à Provo dans l’État de l’Iowa, qui a créé une paire de chaussettes connectées pour bébé afin de surveiller son sommeil et prévenir tout problème cardiaque.

Vous noterez, si vous lisez en totalité le contenu du classement, que tous les prix ont été raflés par des entreprises américaines. Les français étaient venus en nombre mais pour les Best of CES 2016, l’équivalent des médailles en or, il faudra attendre 2017 ! La liste de ces gagnants officiels du CES 2016 a été établie le 8 janvier 2016. Je ne parle pas ici des 441 CES 2016 Innovation Awards distribuées qui ont la valeur de médailles en chocolat.

Que s’est-il passé ? En fait, il y a eu un simple sondage réalisé par Tech.co sur son site web, qui a demandé, entre le 21 décembre 2015 et le 5 janvier 2016 à ses lecteurs de sélectionner parmi 20 start-up inscrites au CES 2016, celles qui devraient recevoir le prix Tech.co de la Start-up de l’année du CES 2016, Who should be Tech.co’s CES Startup of the Year?. Les lecteurs ont voté d’un clic et ont désigné deux start-up : 10-Vins et GoSun.

Lors de la soirée officielle de remise du prix Tech.co le 5 janvier, le jury n’a finalement pas suivi les résultats du vote du public mais a sélectionné Ampy. Cette société basée à Evanston dans l’Illinois offre un petit chargeur qui collecte chaque jour l’énergie personnelle que vous dépensez en marchant, pour pouvoir recharger votre smartphone.

Share

Bullshit detector
Des créateurs qui ne manquent pas d’air

2 réflexions au sujet de « Des créateurs qui ne manquent pas d’air »

  1. Je me suis retapé la liste des Awards du CES pour en avoir le coeur net maintenant qu’ils ont été tous annoncés.

    Voici le verdict avec 20 sociétés françaises honorees dont une avec un Best Award:

    3D Rudder (« Gaming and VR »), BeWell Connect MyECG et Withings Thermo (« Fit-ness Sports and Biotech »), Enlaps et Netatmo ( « Digital Imaging » et, en plus, « Connected Technologies » pour ce dernier), Invoxia (Triby, « Portable Media Players & Accessories ») ILY (« Accessible Technologies »), Klaxoon (« Mobile apps »), Hercules (groupe Guillemot, « Home AV Components & Accessories »), Focal et Parrot (« In-vehicle AV »), Withings avec son Thermo ( « Fitness, Sport & Biotech » et « Tech for a Better World ».), SensorWake (« Home Appliances »), AWOX, Lima, Netatmo Presence, Prizm et Ween (« Smart Home »), Lima (« Table & mobile computing »), Bewell Connect Luminion et Hydrao (« Tech for a better life »), E-Sensory et In&Motion (« Wearables technologies »), Invoxia (« Wireless Handset Accessories »), Parrot (3 fois, « Unmanned systems and accessories ») et un gagnant de catégorie (“Best of innovations”) : DietSensor (« Mobile apps » ) . Il y avait 27 catégories de produits et entre un et une dizaine de nominés par catégories. Il y avait aussi quelques français dans les membres du jury : Jean-Pierre Abello (Nielsen), Stella Morabito (SECIMAVI), Karim Houni, Benjamin Vin-cent (Ouatch TV) et David Sahuc (Cisco). Par contre, aucun award chez Engadget cette année .

    1. Merci pour ces précisions Olivier et je suis impatient de lire votre rapport complet sur le CES 2016 fin janvier. J’ai même compté je crois 47 honorees dans la catégorie Smart Home mais le mode de recherche proposé sur le site du CES est effectivement très fastidieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *