Toutes les start-up qui naissent dans un garage ne connaissent pourtant pas un destin à la Apple…

Encore une fois, le détournement d’attention avait fonctionné à fond en ce jeudi 14 mars 2019. Nous pouvions compter sur le talent de Guillaume Rolland qui avait (presque) réussi à faire disparaître la moindre trace du jugement de Redressement Judiciaire de sa société. Du moins aux yeux de la presse, dans un tour d’illusion que n’aurait pas renié David Copperfield sur la scène du Mirage de Las Vegas.

Ce jour-là, les médias ne parlaient, concernant Sensorwake, que du rachat de la start-up nantaise par l’ancienne fabrique normande de lampes hygiéniques à combustion catalytique, la plus que centenaire Maison Berger, basée dans le département de l’Eure, à Bourgtheroulde et à Criquebeuf-sur-Seine

Maddyness Les réveils Sensorwake passent sous la coupe de Maison Berger

La Tribune Maison Berger Paris acquiert la startup nantaise Bescent

Le Figaro Maison Berger met la main sur les réveils olfactifs Sensorwake

L’Usine Digitale Maison Berger Paris fait l’acquisition de la start-up Bescent (et de son réveil olfactif Sensorwake)

Maison Berger aurait donc « racheté » la jeune pousse nantaise ! Beaucoup de celles et de ceux qui l’avaient côtoyée durant ses presque quatre années d’existence, célébraient la soit-disante bonne nouvelle sur Twitter ! Les exits sont suffisamment rares en France pour que l’on se précipite afin d’en saluer toute annonce, sans être trop regardant sur ses causes ou ses contreparties…

Tweet #1  Christine Boursin, Déléguée au développement régional du Groupe La Poste

Bravo Guillaume ! Quelle belle réussite !

Tweet #2  Céline Boisson, Youtube EMEA Marketing, Head of Trust and Safety

Bravo Guillaume ! Très heureuse de suivre cette réussite depuis le tout début.

Tweet #3  F. Millet-Dehillerin, Responsable Pôle éditorial (@IMTAtlantique)

Bravo Guillaume @lalliance_edu @CentraleNantes @audencia super parcours #hybridation

Tweet #5  Elsa Bembaron, Journaliste Telecoms et Tech au Figaro

Maison Berger met la main sur les réveils olfactifs Sensorwake. cette histoire, c’est « Tradition et modernité » en version française ! #FrenchTech

Et enfin mon texte préféré

Tweet #6  Costa Foniadakis, Comms Manager (@GoogleEnFrance)
 

Une success story comme on les aime ! Repéré au Google Science Fair, @GuiguiRolland prototype, créé sa start-up @Sensorwake et après quelques années, se fait racheter par Maison Berger. Bravo Guillaume une réelle fierté pour nous que de t’avoir accompagné!

Really? Être reprise à la barre du Tribunal de Commerce de Nantes au milieu d’une procédure de Redressement Judiciaire entamée depuis le 6 février, une… success-story ???

Seul le média en ligne Maddyness avait su changer rapidement le début de son article, après avoir été lui aussi victime pendant quelques instants, de l’hallucination copperfieldienne

Ces derniers mois, les entreprises françaises de l’Internet des objets (IoT) nous avaient habitués aux annonces mortuaires : après Giroptic au printemps 2018, c’était au tour de Lima d’annoncer mi-février qu’elle mettrait la clé sous la porte. Bescent n’était pas loin de connaître le même sort : placée en redressement judiciaire début février – comme l’a repéré le blogueur Michel Nizon

J’ai salué leur démarche unique de fact-checking

(@bymaddyness) via (@A_Richardin) met à jour en quelques heures un article sur la reprise de (@sensorwake) par (@MaisonBerger_FR) à la suite d’une précision apportée en commentaire. Suffisamment rare comme réactivité pour le mentionner dans ce tweet 😉

La directrice de la rédaction Anaïs Richardin m’a répondu

On loupe une info, on corrige vite, c’est normal :-). Merci encore @MichelNizon !

En réalité, quand une société est reprise à la barre du Tribunal, ce n’est jamais vraiment une bonne nouvelle pour les cédants. Surtout quand le montant et les détails de la transaction n’ont pas été rendus publics mais aucune obligation légale ne les y forçait non plus !

Comme le rappelle le site Web petite-entreprise.net, il est impératif que le dossier de l’offre de reprise à la barre contienne les détails concernant ces trois points :

– La préservation de l’emploi

– Le paiement des créanciers

– Les garanties d’exécution

L’acceptation de l’offre écrite communiquée confidentiellement par Maison Berger illustre d’abord le fait que pour l’administrateur judiciaire nommé, SCP Thevenot Partners, il n’y avait pas de viabilité à l’alternative de proposer un plan de continuation afin d’éviter la liquidation judiciaire. Il n’avait sans doute reçu aucune meilleure offre…

J’avais écrit dans mon précédent post

Personnellement je doute des chances de concrétisation de l’opération de sauvetage. Quand on a déjà à son capital Givaudan et que la multinationale helvétique des odeurs n’a pas bougé le petit doigt afin d’éviter cette procédure, ça sent naturellement et définitivement le sapin !

Un Clash des Cultures Inévitable ?

Pour les dirigeants de Maison Berger, il s’agissait avant tout ÀMHA de donner des gages, bien théoriques entre nous, d’une future cure de rajeunissement envers leur actionnaire largement majoritaire à hauteur de 90%, le Fonds Argos Wityu.

Par contre, je doute de la longévité de ce mariage ordonné par un juge, qui devra faire coexister une vieille dame de plus de 120 ans avec un jeune entrepreneur, dans un écart d’âge qui frôle le siècle.

Je ne suis pas inquiet pour l’avenir professionnel de Guillaume Rolland mais le choc des deux cultures est quasi inévitable. C’est la fidélité forcée de notre créateur aux senteurs déifiées Aroma de Maison Berger, qui pourrait bien le jeter dans les bras de la déesse de l’impatience Amora. Je reprends à dessein la célèbre formule d’Abraracourcix, extraite de l’album d’Astérix, Le Devin de René Goscinny

Oui il semblerait qu’Amora Déesse de la moutarde soit montée au nez des autres Dieux…

Sans vouloir jouer les devins 😉 à mon tour, je laisse les mots de la conclusion à ce tweet de The Dark Pixel

@MaisonBerger_FR rachète la start-up @Sensorwake qui produit les réveils olfactifs. Attention, c’est un rachat au tribunal de commerce qui signe la fin du naufrage. Avant bientôt une disparition totale ?

Share

Toutes les start-up qui naissent dans un garage ne connaissent pourtant pas un destin à la Apple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *