Les 5 leçons à tirer après que la malédiction du goldfish ait frappé à son tour la start-up californienne Airware !

Why do so many new business fail ? Many times, it’s because they’ve been cashed to death. It’s because business built on steroids and on injections of capital are living on borrowed time. When the money runs out, the business runs its course. (John Daymond et Daniel Paisner – The Power of Broke – Crown Business – 2016)

Guillaume Fonteneau, auteur et éditeur du site Web Le Blog Patrimoine a retweeté le 18 septembre 2018, le tweet de Simon Tripnaux qui résumait la situation de Airware suivi du lien vers l’article de Presse-Citron reprenant le scoop de TechCrunch publié 4 jours plus tôt :

Drone : Airware met la clé sous la porte après avoir levé 118 millions de dollars https://t.co/FmuP6bf7Sm

et a rajouté ce commentaire :

Pshiiit… le bruit d’une bulle qui éclate !Lire la suite

Share
Les 5 leçons à tirer après que la malédiction du goldfish ait frappé à son tour la start-up californienne Airware !

L’ICO de Snips passée au crible des 3 critères de notre fiche d’analyse

Snips est une société par actions simplifiée créée le 16 avril 2012 par 3 amis, Rand Hindi, Michael Fester et Maël Primet, ayant chacun un PhD. Les derniers chiffres publiés sont ceux de 2016, 5 900 euros de chiffre d’affaires pour une perte nette de 2 738 700 euros.

Pour mieux appréhender ces chiffres, il faut comprendre que la jeune société a fonctionné jusqu’à récemment comme un laboratoire de recherche, financé grâce à l’influx de capitaux venant notamment de MAIF Avenir, de Korelya Capital et de la Banque Publique d’Investissement ou BPI.Lire la suite

Share
L’ICO de Snips passée au crible des 3 critères de notre fiche d’analyse

À quelques jours de Noël, la période des soldes d’hiver de start-up a déjà commencé avec Shazam et ce n’est qu’un tout début !

Je sais qu’une alouette ne fait pas le printemps et que la disparition d’une licorne ne fait pas plus la rigueur d’un hiver, mais je vous invite à réfléchir ensemble, cher ami lecteur, aux conséquences de l’information économique qui devrait être confirmée lundi : Shazam serait sur le point d’être rachetée par Apple, d’après un article original de Techcrunch daté du 9 décembre et repris par le site web La Tribune le même jour :

Selon Tech Crunch, Apple pourrait débourser de l’ordre de 300 millions de livres (340 millions d’euros ou 400 millions de dollars) pour s’offrir Shazam.Lire la suite

Share
À quelques jours de Noël, la période des soldes d’hiver de start-up a déjà commencé avec Shazam et ce n’est qu’un tout début !