Pourquoi ce partenariat fantasmé de Blacknut avec Amazon Inc dans Les Echos ?

J’avais écrit deux posts sur la start-up rennaise Blacknut jusqu’à ce jour. La première fois, le 10 octobre 2016, pendant leur campagne d’Equity Crowdfunding sur la plateforme bretonne Gwenneg et la seconde fois, le 5 novembre 2017, à la fin de la Paris Games Week.

Voici venu le temps de vous en parler une troisième fois après la publication d’un article de Florian Dèbes daté du 17 avril 2018 sur le site web Les Echos Entrepreneurs. Le titre est, on ne peut plus racoleur, mais est-il exact ?

Blacknut, le Frenchy partenaire d’Amazon dans le jeu video en streaming

Cette annonce prise pour argent comptant, et pourquoi pas après tout, a permis à Laurent Riéra, dircom de la ville & métropole de Rennes, de tweeter le jour même de sa parution, un cocorico à l’ancienne mode French Tech :

@blacknut_, quand une pépite rennaise devient partenaire d’@amazon dans le jeu vidéo en streaming, via @LesEchos #game #videogame

Le tweet a notamment été repris par la start-up elle-même ce qui rendait son contenu plus authentique encore.

En fait, le corps du fameux texte de Florian Dèbes était ensuite moins affirmatif que son titre ne le laissait supposer :

La plate-forme française de jeux vidéo sur Internet et le numéro un du e-commerce n’ont pas encore officialisé leur partenariat…

avant que la phrase se termine par :

mais il est déjà possible de s’abonner au service de la start-up rennaise via le site Internet du distributeur.

J’ai voulu faire mon Samuel Laurent, le spécialiste fact-checking du quotidien Le Monde et de C à vous sur La Cinq. Démêlons ensemble si vous le voulez bien, le vrai du faux, de ce qui ressemble quand même à une carabistouille journalistique indigne du 1er quotidien de l’économie en France.

Blacknut est 1 412ème au classement de la catégorie Applis et Jeux dans l’appstore, le samedi 21 avril à 17 heures. Attention, tous les espoirs restent cependant permis pour remonter la pente et atteindre une place plus visible parmi les 100 premières, car c’est mis à jour toutes les heures…

Alors faut-il vraiment un partenariat pour être distribuée dans la boutique d’applications d’Amazon France ?

Eh bien non !

Non, parce que vous n’avez pas besoin de rentrer dans une relation fort improbable, longue, lointaine, difficile et à l’issue plus qu’incertaine avec Jeff Bezos lui-même ou avec un de ses lieutenants, pour décrocher la distribution de votre soft.

Dans l’univers tout aseptomatisé d’Amazon, il vous suffit de suivre à la lettre une procédure algorithmique, ouverte à tous les développeurs. Elle est expliquée ici en détails et ne contient aucune surprise. Il y avait un total de 384 537 applications qui cherchaient à capter votre attention au dernier trimestre 2017.

Amazon n’a publié aucun communiqué de presse pour annoncer ce pseudo partenariat, qui reste donc totalement virtuel. Pourquoi Blacknut n’a pas procédé à un démenti ?
My 2 cents est qu’elle a besoin de rassurer en urgence d’éventuels futurs nouveaux actionnaires sur la viabilité de son modèle économique. Pour cela, elle a deux problèmes à solutionner au préalable.


Problème #1 : Avoir un catalogue de jeux vidéo qui ne provoque aucun effet wahou

C’est une idée top plus besoin d’avoir un ordi avec une bonne config le seul soucis c’est les jeux proposer qui ne sont pas intéressant je m attendais à voir des anciens jeux mas pas à ceux la mais bon on va attendre un peu voir si sa s’améliore (Antoine sur la page Facebook de Blacknut, le 22 mars 2018)

 Vous pouvez lire d’autres commentaires du même acabit sur cette page de Reddit dédiée à Blacknut.

Problème #2 : Réussir à convertir automatiquement des abonnés gratuits en abonnés payants

Le 19 avril 2018, AnbaAnbasade/Croco tweetait un gif animé du visage d’une personne qui pleurait à torrents littéralement, sous ces simples mots : carte bancaire requise

Le même jour, Blacknut se voyait contrainte en réponse de se justifier en se fendant de ce long tweet :

Elle est pas débitée. On avait commencé par ne pas la demander, mais beaucoup de gens étaient étonnés ou trouvaient que ça faisait arnaque après de la réclamer donc on demande maintenant à l’entrée pour faire comprendre le principe <3

Amazon malheureusement ni pourra rien, avec ou sans partenariat, pour résoudre cette quadrature du cercle : Proposer à des joueurs occasionnels de s’intéresser à des jeux underground suffisamment pour se délester volontairement de 15 euros par mois.

Échangerait un faux partenariat avec Amazon contre un vrai avec Ubisoft

Pour l’instant, Blacknut a échoué semble-t-il à convaincre le voisin breton Yves Guillemot, à la tête d’Ubisoft, de lui confier quelques uns de ses nombreux blockbusters. Je sais que nul n’est prophète dans son pays, ici la Bretagne, mais ce serait indispensable afin de valider la pertinence de l’offre de Blacknut auprès du grand public. 

Share

Pourquoi ce partenariat fantasmé de Blacknut avec Amazon Inc dans Les Echos ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *