Post-Vérité ou Faits ? Qui triomphera, Henry Roarke ou Naïo Technologies ?

Quantico est une série américaine écrite par Beth Schacter, disponible sur Netflix et diffusée cet été sur M6. Vous pouvez aussi la regarder en replay sur 6play. Vous suivez la sélection, la formation et les premières missions sur le terrain de jeunes agents du Federal Bureau of Investigation ou FBI.

Dans l’épisode 20 Globalreach de la saison 2, Henry Roarke (Dennis Boutsikaris) est le Président de la Chambre des représentants. C’est un conspirateur, prêt à tout pour faire destituer la Présidente des États-Unis et prendre sa place, en s’aidant de son groupe : The Collaborators. Lors d’une rencontre impromptue en face à face, l’élu parlementaire, ambitieux mais sans scrupules, déclare au fils de la Présidente, afin d’essayer d’obtenir son soutien :

You think that the truth matters to anyone, but this is a post-truth world. Nobody wants a boring fact. They want a good story. And the better the story, the more faith they have in the person who tells it…

La vérité pour vous est essentielle, mais c’est une valeur dépassée. C’est ennuyeux. Les faits, tout le monde s’en fiche. On veut des histoires, et plus elles sont extraordinaires, et plus les gens ont foi en la personne qui les raconte…

Nous vivons dans un monde de la post-vérité, c’est… un fait !

Cette déclaration peut paraître cynique ou pessimiste mais elle est malheureusement exacte et elle s’applique par ricochet, aussi à une grande majorité de campagnes d’Equity Crowdfunding. J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de ce monde de la post-truth où la vérité ne sort pas forcément de la bouche des créateurs ou des mains de leurs écrits. Il y a alors un gros travail de fact-checking pour apprécier la nature et la valeur de leur projet.

Mais parfois, heureuse surprise, il n’y en a pas besoin. C’est le cas du dossier de Naïo Technologies sur la plateforme Wiseed. Espérons que ses créateurs feront démentir les paroles de Henry Roarke, en démontrant indirectement que l’on peut réussir son objectif, financier ici, en s’en tenant aux faits et sans avoir besoin de travestir la réalité.

Naïo Technologies est une société par actions simplifiée au capital de 73 760 euros créée le 29 novembre 2011 à Escalquens dans le département de la Haute-Garonne. Ses deux fondateurs sont Aymeric Barthès, le président et Gaëtan Séverac, le directeur général. Le duo est chacun ingénieur diplômé de l’IMERIR, une école supérieure spécialisée dans la robotique et l’informatique.

Aymeric et Gaëtan cherchent à lever sur Wiseed 225 000 euros avant la fin de septembre 2017 dont un minimum de 100 000 euros. Le ticket d’entrée est de 100 euros et la valorisation pre-money est de 4 573 120 euros.

Naïo Technologies est spécialisée dans la conception et la réalisation de robots intégrant en option un système de positionnement par satellites, à destination des agriculteurs et plus récemment des viticulteurs. Ses robots spécialisés dans le désherbage mécanique sont des substituts plein d’avenir à l’utilisation de produits chimiques et permettent d’économiser de nombreuses heures de travail pénibles.

En presque 6 ans, la start-up a développé un véritable savoir-faire opérationnel évolutif et convaincant, en apportant une solution concrète à un problème réel, surtout présent dans l’agriculture bio.

Les 2 dirigeant issus de la culture maker ont une mentalité et une patience de paysans bretons, pour évangéliser le monde agricole aux bienfaits de leurs automates ! ils ont des outils perfectibles mais qui existent et un modèle économique illustré par un début de clientèle existante extensible au monde entier jusqu’au Japon, le premier pays des robots. Les fondateurs n’ont pas besoin d’une vidéo coûteuse pour essayer de nous vendre une belle histoire. Ils se basent uniquement sur des faits et des chiffres qui parlent par eux-mêmes.

Le dossier de présentation de leur proposition d’investissement est assez succinct mais les réponses aux interrogations légitimes laissées en commentaires en disent bien plus sur la qualité du projet. Aymeric répond sans langue de bois, en toute transparence et en faisant preuve de beaucoup d’humilité.

Commentaire/Réponse #1 : Pourquoi la valorisation n’est pas plus haute que pour la précédente levée de fonds

Aymeric : La valorisation n’a effectivement pas été modifiée depuis le tour de table en 2015.
Non pas qu’aucune création de valeur n’ait été réalisée mais plus dans un soucis d’atteindre des milestones plus importants qui permettront de valoriser correctement la société lors d’un prochain tour de table conséquent (prévu d’ici fin 2018, début 2019).

Commentaire/Réponse #2 : Vous n’avez pas atteint vos prévisions financières…

Aymeric : Quant au BP non respecté, c’est bien vrai également, inutile de répéter qu’il est très complexe de faire des prévisions justes dans ce genre de secteur, bien que nous y consacrions du temps… 

Commentaire/Réponse #3 : Vous auriez pu mieux protéger vos brevets

Aymeric : Ceci dit, la protection par brevet sur nos machines n’est pas optimum.

Naïo Technologies a de nombreux challenges à relever, notamment en continuant à innover, en choisissant minutieusement ses partenaires et en baissant le prix de vente de chacun de ses robots pour les rendre davantage accessibles, à un plus grand nombre d’agriculteurs et de viticulteurs.

En tant qu’investisseurs potentiels, nous devons privilégier toujours les faits, même à une belle histoire qui peut nous faire rêver, surtout dans un monde de la post-truth tel que celui qui nous entoure aujourd’hui.

Share

Bullshit detector
Post-Vérité ou Faits ? Qui triomphera, Henry Roarke ou Naïo Technologies ?

Une réflexion au sujet de « Post-Vérité ou Faits ? Qui triomphera, Henry Roarke ou Naïo Technologies ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *