My 2 cents sur les 8 finalistes de la Coupe de France de la French Tech au West Web Festival (suite et fin)

Exceptionnellement, j’ai publié un post spécial West Web Festival en milieu de semaine, précisément mercredi 18 juillet 2018 après-midi, afin de vous livrer une mini analyse de chacune des 8 start-up qui allaient s’y affronter en duo, lors de la première Coupe de France de la French Tech.

Mon tiercé gagnant, encore une fois totalement off, basé sur la méthodologie de notre fiche d’analyse kchehck donnait :

: Ka+

: Ka+

: Kb+

Ensuite les notes se répartissaient entre Kc+ et Kd pour les 5 autres entreprises.

Les 2 finalistes ont été :

Steeple

Captain Vet

et le gagnant d’un match ultime serré : Captain Vet.

Nos kchehck points ont donc permis d’identifier les 2 finalistes présents dans notre trio gagnant, not too bad… surtout pour une première ! 😉

Ce résultat n’est peut-être pas trop surprenant car dans ces start-up battles animées par Sébastien le Corfec, l’avis du public, calculé en temps réel par Klaxoon, a prédominé. Les arbitres invité(e)s à partager leur jugement sur les candidats, ont suivi prudemment, la plupart du temps pour ne pas dire toujours, l’opinion publique exprimée en pixels. Ces expressions du public ne sont que la manifestation de la désirabilité, qui est aussi le premier critère de nos fiches d’analyse…

Je pitche, tu pitches, nous pitchons

Les pitchs sont devenus un exercice obligé du parcours des (co)fondateurs/(co)fondatrices mais ils ne doivent pas devenir une fin en soi comme nous en alerte Philippe Silberzahn, professeur d’entrepreneuriat, de stratégie et d’innovation à l’EMLYON Business School dans son article, publié par FrenchWeb le 12 juillet dernier :

Que viennent y chercher ces entrepreneurs? Mystère. Sans doute leur a-t-on dit qu’être entrepreneur, c’est pitcher, alors ils pitchent partout où ils peuvent. Ce faisant, ils fournissent un spectacle gratuit, animent des soirées qui sans cela seraient monotones. Mariages, communions, Bar-Mitsvas et conventions d’entreprises, spectacle gros, demi-gros et détail.

avant de conclure ce paragraphe par cette question :

Nos entrepreneurs seraient-ils, au fond, dans le business du spectacle?

Et si c’était devenu une obligation pour parler et faire parler de sa start-up au XXIème siècle, de savoir transformer sa présentation en entertainment ? C’est un peu la théorie prémonitoire de Neil Postman développée dans son livre Amusing ourselves to Death publié dès 1985 :

Our politics, religion, news, athletics, education and commerce have been transformed into congenial adjuncts of show business, largely without protest or even much popular notice. The result is that we are a people on the verge of amusing ourselves to death.

Quand pitcher devient une activité assimilable à un sport

Un des candidats recalés à l’issue de la demi-finale, le bordelais Charles-Henri Gougerot-Duvoisin, fondateur d’Obvyapp, y voit l’expression d’un nouveau sport et une opportunité supplémentaire de faire des affaires.

Il a inventé le t-shirt de compétition spécial pitcheur réalisé ici par Ouikos. Son maillot porte le logo de chacun de ses nombreux sponsors : et Région Nouvelle-. Ce sponsoring original, permettrait de financer le temps consacré aux pitchs par les fondateurs de start-up, qui participent certainement sans avoir besoin d’en rougir, à notre société du spectacle permanent.

Pendant les 1/4 et 1/2 finale, Charles-Henri a été sa propre égérie.

Je trouve l’idée brillante et son exécution parfaite. Je me pose même la question si il n’y aurait pas là, un superbe pivot, à base de sérendipité pour Charles-Henri, les concours de pitchs ne manquant pas en Europe !

Ce t-shirt n’est pas passé inaperçu dans la presse spécialisée marketing/communication, si on en juge par cet article paru sur le site Web de CBNEWS le 3 juillet ou celui de Stratégies publié le 6 juillet…

Share

My 2 cents sur les 8 finalistes de la Coupe de France de la French Tech au West Web Festival (suite et fin)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *