L’indigence médiatique conséquence de l’absence de toute due diligence

Nous ne pouvons ensemble que déplorer l’absence de toute due diligence de la part des médias, quand ils se contentent juste de reprendre en l’état, les déclarations des créateurs d’une start-up, à la recherche de financements hypothétiques, sur une des (déjà trop ?) nombreuses plateformes d’Equity Crowdfunding.

Où est leur sens critique ? Où est l’analyse ?

Leurs auteurs vivent dans l’immédiateté d’une information et de sa courte durée de vie présumée et/ou espérée, alors que nous, en tant que futurs actionnaires potentiels, nous devons développer une stratégie d’investissement à long terme.

Le battage médiatique ou hype autour d’une start-up se révèle le plus souvent inversement proportionnel à son véritable succès économique dans la durée.

J’ai sélectionné pour vous, cher ami lecteur, un florilège de 5 déclarations, fréquentes plus qu’on ne le croit, de créateurs de start-up, qui essayent tous de créer ce hype, artificiel par vocation. Vous devez fuir ces entrepreneurs qui essayent de lever ainsi plus facilement et à une valorisation plus élevée, de l’argent sur les plateformes d’Equity Crowdfunding :

Déclaration #1 : Nous avons un partenariat avec Amazon

Des créateurs rebaptisent sans vergogne la nature de simples transactions commerciales client-fournisseur, en véritable partenariat unique aux relations non vulgairement tarifées… N’importe quelle société peut distribuer ses produits via Amazon ou faire héberger son service web, via l’offre d’Amazon Web Services (AWS). Nul besoin de rencontrer le PDG d’Amazon, Jeff Bezos ou un de ses lieutenants, pour devenir un client parmi des millions d’anonymes. Un simple clic de souris suffira ! Vous pouvez remplacer Amazon par n’importe quelle autre grande organisation, d’IBM au Pentagone, pour identifier un faux partenariat, en creusant un peu…

Déclaration #2 :  Nous devrions débuter la commercialisation en 2018

L’utilisation du temps conditionnel est peut-être l’ami de ces créateurs, mais c’est certainement l’ennemi de l’investisseur, qui devra prendre toute promesse avec des pincettes. Comme l’a déclaré un jour l’homme politique Henri Queuille : Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Déclaration #3 : C’est disponible en pré-commande

C’est un joli oxymoron. Si le produit est proposé en pré-commande, c’est qu’il n’est pas disponible, non ? Sauf peut-être dans la réalité virtuelle de ses créateurs…

Déclaration #4 : Nous n’avons pas de véritables concurrents

C’est ma préférée ! Un créateur qui ose dire qu’il n’a pas de concurrents est soit un menteur ou presque plus grave encore, un total ignorant de son marché… à moins qu’il n’y en ait effectivement aucun, mais là, c’est carrément mortel !

Déclaration #5 : Nous avons reçu L’award de l’innovation au dernier CES

Vous remarquerez l’usage faussement innocent mais volontairement discret de L’. Avec plusieurs centaines de prix distribués chaque année par le CES, un créateur qui s’attribue son exclusivité est tout simplement un Pinocchio.

Gardons un sens critique, face à chaque déclaration d’un créateur reprise dans les médias.

En conclusion, pour reprendre en l’adaptant un tout petit peu, le couplet d’une célèbre chanson de Daniel Balavoine, Faut pas croire ce que disent les journaux, les entrepreneurs ne sont pas tous des héros…


Bullshit detector
L’indigence médiatique conséquence de l’absence de toute due diligence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *