L’Equity Crowdfunding et encore le complexe de NATU à l’œuvre

J’ai déjà analysé la campagne d’Equity Crowdfunding de la start-up rennaise Blacknut qui s’est autoproclamée la Netflix des jeux vidéo. Ce type de comparaison ne vaut évidemment pas raison et illustre à mon humble avis, une absence d’analyse objective des causes du succès mondial de la première plateforme de diffusion en ligne de séries T.V., de documentaires et de films de cinéma.

Les entreprises qui souffrent de ce que j’ai alors nommé le complexe de NATU, peuvent aussi faire penser à la grenouille de la fable de Jean de La Fontaine : La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf...

J’ai identifié une autre jeune pousse atteinte du même mal, ComicBlitz LLC sur la plateforme américaine d’Equity Crowdfunding, Wefunder.

ComicBlitz LLC est une start-up californienne créée le 14 avril 2014 par Jordan Plosky (CEO) et Gregory Weiss (CTO). Ils la présentent d’emblée comme la Netflix des comics. Les 2 créateurs, seuls salariés de l’entreprise, proposent une offre illimitée de lecture digitale de bandes dessinées de super-héros, accessible à partir de leur site web ou via une application disponible sur l’Apple Store, au prix d’un abonnement de 7,99 dollars par mois.

Leur objectif est de réunir un million de dollars d’ici le 11 août 2017. L’Objectif Financier Minimum est de 50 000 dollars et au 3 mars 2017, 17 955 dollars ont été collectés auprès de 45 investisseurs, qui ont dû investir chacun, un minimum de 100 dollars.

Je m’abstiendrai d’investir pour 3 raisons principales :

Raison Principale #1 : Il existe un concurrent direct aux moyens financiers quasi illimités

Comixology est une ancienne start-up, aujourd’hui filiale d’Amazon, qui propose depuis mai 2016, également une offre illimitée de lecture digitale de bandes dessinées pour 5,99 dollars par mois, soit un prix inférieur de deux dollars, à celui de ComicBlitz. Cette offre, réservée au seul marché américain pour l’instant, est disponible sur Kindle, sous Android et IOS.

Raison Principale #2 : Le marché américain est dominé par un duopole d’éditeurs de comics hermétiques à l’idée de travailler avec une plateforme extérieure

Diamond Comic Distributors Inc, premier distributeur de comics sur support papier aux États-Unis, publie chaque mois les 100 meilleures ventes de comics. 2 éditeurs, Marvel Comics et DC Entertainment s’accaparaient 95 titres de ce top 100 au mois de janvier 2017 ! Parmi les dizaines d’éditeurs indépendants, seuls deux, Image Comics et IDW Publishing squattaient les 5 places laissées vacantes de ce classement.

Marvel Comics et DC Entertainment ne sont pas disponibles aujourd’hui sur Comixology ou ComicBlitz. Marvel a même développé sa propre offre exclusive de diffusion digitale, qu’elle a nommé Marvel Unlimited

Raison Principale #3 : L’offre financière de ComicBlitz est trop optimiste au regard de la réalité des chiffres

La contrepartie de votre contribution financière est proposée sous la forme de SAFE, ce qui ressemble à des obligations sans droits de vote, convertibles en actions, sur la base d’une valorisation de 5 millions de dollars maximum. Si la valorisation effective lors de la prochaine augmentation de capital se fait à un montant supérieur à 5 millions, alors vous aurez réalisé une plus-value au moins virtuelle.

Le chiffre d’affaires est quasi inexistant, environ 1 100 dollars par mois en 2017, d’après le dirigeant. L’entreprise déclare plus de 5 500 utilisateurs, mais qui ont pour origine en grande partie, l’offre d’essai gratuite d’une semaine ou une offre promotionnelle à un dollar. Les seuls comptes fournis sont ceux de 2014 et de 2015 avec une perte de 123 822 dollars au 31 décembre 2015. J’aurais apprécié d’avoir accès aux comptes de l’année 2016, pour connaître notamment, le montant de la nouvelle perte, en l’absence de revenu significatif. J’ai posé la question directement sur la plateforme, mais je n’ai pas eu de réponse à ce jour…*

*Dimanche 5 mars, en fin d’après-midi, j’ai eu la réponse de Jordan à ma question que je laisse en V.O. ci-dessous :

Michel, my apologies. I had answered this the day after you asked it, but apparently did not go through on the site. Our losses for 2016 total $81,000, mostly from technology development. Thanks!


Bullshit detector
L’Equity Crowdfunding et encore le complexe de NATU à l’œuvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *