Le principe caveat emptor

Sur Kickstarter, ce sont les gens en fin de compte qui décident de la validité et de la valeur d’un projet en le finançant ou pas. (Yancey Strickler, Perry Chen et Charles Adler cofondateurs de Kickstarter – Blog de l’entreprise – 4 septembre 2012)

La confiance des Foules Participatives dans le Crowdfunding repose sur un immense malentendu.

Les contributeurs sont persuadés que Kickstarter & Co procèdent à une vérification approfondie et complète des informations fournies par les créateurs, avant le lancement de chaque campagne de Crowdfunding.

En conséquence, la majorité d’entre eux s’imaginent, que la responsabilité des plateformes pourra être engagée en cas de défaillance des créateurs à honorer leurs engagements, afin d’obtenir auprès d’elles, le remboursement de leurs contributions.

Dans les faits, ne nous leurrons pas, les plateformes de Crowdfunding se contentent de procéder à un contrôle superficiel et rapide de type check-list, avec l’aide parfois d’algorithmes spécialisés, sur la présence des informations suivantes :

– date de livraison prévisionnelle ? Ok

– présentation d’un prototype fonctionnel ? Ok

– identités et C.V.’s même de la taille d’un timbre Poste, des créateurs ? Ok

– calendrier de réalisation des étapes jusqu’à livraison des contreparties ? Ok

C’est contractuellement aux contributeurs de vérifier la réalité des déclarations des créateurs.

Notre bullshit detector est le moyen unique de mutualiser cette due diligence ou diligence raisonnable. Sa création ne fait que répondre à l’application du principe caveat emptor signifiant que les contributeurs potentiels doivent être vigilants !


Bullshit detector
Le principe caveat emptor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *