La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 25/25

Vandelay/Lokly est une société par actions simplifiée à associé unique au capital de 270 000 euros, créée le 2 juin 2015 à Verrières-le-Buisson dans l’Essonne. Son président est Innovative Sustainable Business ou INOSIS, société par actions simplifiée au capital de 490 000 euros, créée le 20 avril 2009 et son DG est Benoit Berthe. Le président de INOSIS est Charles Shahrokh Ghavamian, également directeur associé de Necs. À la fin de l’exercice 2016, clôturé le 30 juin, INOSIS a réalisé un chiffre d’affaires de 98 000 euros avec un résultat net de… 149 600 euros.

Donc pas vraiment de soucis financiers semble-t-il pour se déplacer à 5 personnes au CES de Las Vegas, sélectionnée par Business France pour présenter ce qui n’est encore, qu’un modèle non industrialisable.

Le prototype se présente sous la forme d’une valise de couleur noire et compartimentée, permettant de ranger une clé USB et son appareil de lecture portatif connectable à votre smartphone afin de consulter son contenu sans avoir à démarrer votre ordinateur.

Vandelay a inventé la clé USB qui se lit sans avoir besoin d’un ordinateur afin de pouvoir garantir le stockage, l’accès, l’intégrité et le transport de données professionnelles et personnelles tout en garantissant un haut niveau de sécurité et une utilisation simple et intuitive. (extrait de 11 nominés pour les trophées de l’embarqué 2017 – 21 novembre 2017)

Cette solution hardware encombrante essaye, tant bien que mal, de résoudre un problème intitulé BadUSB mais qui date quand même de 2014, une éternité en informatique. La start-up affirme que les antivirus n’y peuvent rien, ce qui est inexact.

Badnews pour Vandelay, l’éditeur d’antivirus Kapersky a publié sans que je sois plus que cela surpris, une solution dès 2016 :

Même si les attaques utilisant des dispositifs USB modifiés ou corrompus sont considérées comme étant théoriques, la présence de BadUSB incite les clients à utiliser des solutions de sécurité. Personne ne veut prendre de risques lorsque la théorie se transforme en pratique. » a expliqué Olga Domke. C’est la raison pour laquelle les équipes des produits et des composants ont travaillé ensemble pour développer  » l’attaque contre BadUSB » sur Kaspersky Endpoint Security for Windows, un élément heuristique qui concilie la facilité d’utilisation avec la tranquillité de l’utilisateur.  (Les mots en gras par mes soins)

Ce n’est plus une camionnette (van) de retard (delay) qu’a la start-up mais un train de nuit dans la Voie Lactée… 😉

Alors suivez mon simple conseil : si vous avez des données sensibles, ne les laissez pas trainer sur une clé USB, voilà c’est tout !

Make 007 jealous !

C’est le court slogan affiché sur le stand de Vandelay au CES au-dessous du logo très visible de Business France :

Erreur typique des frenchies qui ne maîtrisent pas suffisamment l’anglais : faire déjà une faute avec une phrase de 3 mots, ça peut tuer à la première soirée des exportateurs débutants ! En anglais, le point d’exclamation est collé au mot qui le précède et les anglo-saxons y sont très très attachés.

Ensuite sorry, mais quand je lis ça, je pense plus à Mr Bean/Rowan Atkinson dans Johnny English qu’à  James Bond/Daniel Craig dans 007 Spectre. 😉

Le Figaro dans un article accompagné d’une courte vidéo, publié dès le 8 janvier 2018, nous informe :

Cette année, Lockly vise une quinzaine d’entreprises pour tester quelques centaines de ses clés. «Nous cherchons à avoir de premiers retours d’expérience avant l’été», ajoute Shahrokh, qui aimerait terminer 2018 par une levée de fonds. Le but étant de lancer la production industrielle de cette clé USB dès 2019. (Les mots en gras par mes soins)

Ce seul petit paragraphe suffit à lui-seul à disqualifier Vandelay d’être sélectionnée par Business France : La start-up vise exclusivement les entreprises et le CES est un salon… BtoC. Elle n’aura donc rien à commercialiser cette année, contrairement à ce que préconise Business France dans son communiqué de presse…

Allez un dernier conseil pour la route (du retour) à l’attention de Vandelay : Si vous voulez vraiment exporter, commencez d’abord par acheter lokly.com, vous serez plus crédible vis à vis des américains que d’utiliser lokly.fr. Il vous en coûtera ici juste 1 995 dollars !

Comme je le craignais, ce dernier épisode ne se termine pas mieux que le premier…

je conclus sans hésiter, qu’il s’agit d’une 20ème erreur de casting. Le score définitif s’établit à Austerlitz 5 – Waterloo 20.

Je vous donne un premier rendez-vous dimanche soir pour essayer de tirer ensemble quelques conclusions de cette saison 1. Je reprendrai ensuite un rythme de publication hebdomadaire.

Je vous donne un second rendez-vous fin 2018, pour un nouvel épisode quotidien de la sélection des start-up de la French Tech par Business France pour le CES 2019 ! Ce sera la saison 2…

Share

Bullshit detector
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 25/25

3 réflexions au sujet de « La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 25/25 »

  1. Merci Michel pour ces 25 épisodes que j’ai suivi avec assiduité.
    Le score est effectivement sans appel ! La quantité a prévalué sur la qualité.
    Pour la fin 2018, ce serait aussi intéressant de faire une petite mise à jour de l’état de santé de ces 25 startups.

    1. Merci Fabien également pour votre témoignage de lecteur toujours fidèle. Oui les tweets des politiques présents au CES montrent qu’il y a une préférence encore cette année pour le quantitatif sur le qualitatif…
      Ok pour un premier bilan un an après sur le blog…
      De manière la plus simple, on pourrait regarder sur amazon.com combien de start-up ont réussi déjà à se faire référencer sur le site US, ce qui est une étape plutôt simple dans la démarche d’exportation BtoC vers les US.

  2. Giorgio dit :

    On va être en manque de notre épisode quotidien , bravo Michel et effectivement on souhaite qu’il y ait plus de réussites que ton analyse le laisse présager .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *