La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 15/25

Lovebox.love est une société par actions simplifiée au capital de 1 201 euros, cofondée à Grenoble, le 16 octobre 2015 par Jean Grégoire, ingénieur des Mines, qui est le président et par Marie Poulle, Chief Brand Officer, assurant les fonctions de DG.

Voilà un duo avec des compétences complémentaires au service de… l’Amour

Mais personne ne sait mieux parler de leur création, la Boîte à amour connectée ou Lovebox que Lovebox.love elle-même. Après tout, ce serait juste une Question de feeling :

We build the Internet of Feelings: a network of tangible communication devices dedicated to positive emotions. Our first product, the Lovebox, is a modern day love note messenger.

On dit que l’amour n’a pas de prix, eh bien si ! Lovebox.love a demandé à la première plateforme au monde de Crowdfunding Kickstarter, avec l’aide des Foules Sentimentales, d’en établir au moins une première valeur globale et ce fût un succès.

2 881 contributeurs ont engagé 270 931 euros pour soutenir la Lovebox entre le 4 octobre et le 3 novembre 2017. La date prévisionnelle de livraison des boîtes connectées made in France était novembre 2017 et les expéditions effectives ont eu lieu… à partir du mois promis, puisque L’amour n’attend pas.

La Boîte à amour connectée est aujourd’hui en pré-commande sur le site web de Lovebox.love au prix de 99 euros TTC avec une date de livraison en janvier 2018.

Lovebox.love participera pour la deuxième année consécutive au CES de Las Vegas, la première fois, elle était invitée par La poste.

Je conclus sans hésiter qu’il ne s’agit en aucun cas d’une erreur de casting et le score s’établit dorénavant à Austerlitz 4 – Waterloo 11.

Je vous donne rendez-vous le premier jour de l’an nouveau au soir, pour la speed-analysis de Mainbot. Ce sera l’épisode 16/25. Comme l’a rappelé Georges Vaccaro dans ce tweet du 30 décembre :

Pas de trêve des confiseurs pour @MichelNizon 😉 avant #CES2018 : un épisode par jour #startups #FrenchTech

Share

Bullshit detector
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 15/25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *