La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 14/25

Lancey Energy Storage est une société par actions simplifiée au capital de 180 801 euros cofondée le 27 juin 2016 par Raphaël Meyer, docteur en physique thermique, agissant en qualité de président et par Gilles Moreau, spécialiste en batteries, qui exerce les fonctions de CTO/DG.

Lancey a développé un radiateur électrique connecté, équipé d’une batterie intégrée pour bénéficier des économies réalisées par l’optimisation de l’option heures pleines heures creuses sur sa facture d’énergie. Il a la capacité de communiquer via des ondes radios basse puissance directement avec votre nouveau compteur Linky. Mais j’arrête là le descriptif car je veux immédiatement en venir aux 2 problèmes soulevés.

La clientèle de Lancey est exclusivement constituée de bailleurs sociaux qui ont accepté d’acquérir une centaine de prototypes : Grenoble-Alpes Métropole, OPAC 38, Grenoble habitat et SDH. D’après la page contact de son site web, la start-up ne cible pas encore la clientèle des particuliers :

Vous êtes un particulier ?
Pour le moment, Lancey ne vend pas au détail. Si notre solution vous intéresse, n’hésitez pas à en parler à votre bailleur ou à votre copropriété ou inscrivez-vous à notre newsletter via le formulaire ci-contre. 

Il est à noter que le site web de Lancey est uniquement en français et n’est pas disponible en anglais, ce qui est tout à fait naturel au regard de sa cible commerciale…

Pour ces deux simples raisons, il me semble pour le moins prématuré que cette start-up soit présente au salon de l’électronique grand public américain, à moins de vouloir faire uniquement de la figuration afin de briller avec sa Best of Innovation Awards 2018 obtenue et finalement chèrement acquise, si on veut bien y regarder d’un peu plus près.

La première étape de l’internationalisation pour Lancey serait déjà d’acquérir son nom de domaine en .com, cela fera moins exotique pour un public américain qu’un .fr. Je dis ça, je dis rien ! 😉

Je conclus qu’il s’agit encore d’une erreur de casting et le score s’établit à Austerlitz 3 – Waterloo 11.

Je vous donne rendez-vous demain dimanche soir, quelques heures avant le réveillon pour ma speed-analysis de Love Box ! Ce sera l’épisode 15/25.

Share

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 14/25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *