Indiegogo ou l’Equity Crowdfunding en mode alpha

Depuis le mardi 15 novembre 2016, la plateforme de Crowdfunding Indiegogo propose à son tour des campagnes d’Equity Crowdfunding. Elle s’est associée pour l’occasion avec MicroVentures, une plateforme créée en 2011 qui a déjà toutes les accréditations nécessaires pour exercer son rôle d’intermédiaire financier.

Indiegogo peut tirer avantage sans plus tarder, même si elle devra certainement partager ses commissions avec MicroVentures, de l’application du Title III of JOBS Act. Je vous rappelle que ce texte de loi permet à une start-up américaine de lever jusqu’à 1 million de dollars chaque année auprès du grand public y compris français.

La mauvaise réputation que traîne Indiegogo avant même de s’engager dans l’Equity Crowdfunding a pour origine qu’elle ne procède apparemment pas à toutes les vérifications minimum nécessaires et que les contributeurs finissent par financer des fiascos qui auraient pu être évités, à l’image de celui de l’anneau connecté BioRing.

Si la due diligence ou diligence raisonnable est toujours de la responsabilité des contributeurs, participer au financement d’une entreprise présente un niveau de risques plus élevé et le besoin en vérifications est encore plus indispensable que dans le cas du Crowdfunding avec contreparties.

Sur son site web, MicroVentures veut nous rassurer qu’elle fait déjà ce travail :

Investir dans des start-up est risqué, mais c’est beaucoup plus risqué que cela n’a besoin de l’être parce que de nombreuses plateformes d’Equity Crowdfunding ne font simplement aucune due diligence sur les sociétés qu’elles présentent. MicroVentures rejette complètement cette idée. Nous croyons dans la vérification des start-up avec de multiples due diligences et une analyse professionnelle. De plus nous fournissons un résumé en ligne pour aider les investisseurs à comprendre l’opportunité d’investissement. Notre processus de vérification rigoureux nous amène à rejeter bien plus de start-up que nous n’en acceptons. En fait, c’est plus facile d’entrer à Harvard que d’être présente sur MicroVentures.

A priori, vous pourriez être rassuré que cette due diligence soit effectuée par MicroVentures et pas par Indiegogo, qui n’a démontré aucune compétence particulière en la matière à ce jour.

Je dois cependant avouer que personnellement je ne le suis pas du tout et cela pour 3 raisons principales :

Raison Principale #1 : Cette déclaration laisserait penser que MicroVentures s’occupe de tout vérifier et que vous pouvez investir en toute sérénité les yeux fermés. C’est peut-être aller un peu vite en besogne…

Raison Principale #2 : Une due diligence sans plus de détails reste un trou noir. L’analogie avec le taux d’acceptation d’entrée à Harvard, qui je l’ai vérifié a été de 5,2% en 2016, est une image saisissante mais qui ne renseigne absolument pas sur les actions spécifiques entreprises par l’équipe de MicroVentures pour effectuer la due diligence. Vous ne pouvez lui faire confiance à minima que si vous connaissez précisément son contenu.

Raison Principale #3 : Il ne faut pas oublier que Indiegogo et MicroVentures en tant qu’entreprises commerciales sont là pour gagner le plus de dollars possible, en se rémunérant principalement par un pourcentage sur le montant de dollars levé. Elles ont donc tout intérêt à vous présenter le maximum d’opportunités d’investissement, surtout que la concurrence est rude entre plateformes, pour un nombre encore très limité de campagnes ouvertes, au moins aux États-Unis.

Cette due diligence à mon humble avis ne peut pas être effectuée en toute objectivité par la plateforme d’Equity Crowdfunding elle-même. On ne peut jamais être à la foi juge et partie prenante, simple question de crédibilité !

Parmi les premières sociétés profitant de la nouvelle offre d’Indiegogo, il y a un éditeur de jeux vidéo ArtCraft Entertainment Inc qui va essayer de lever 1 million de dollars, soit le maximum autorisé par les autorités américaines. La start-up est en train de développer Crowfall, un jeu de rôle en ligne massivement multijoueurs ou en V.O. MMORPG pour Massively multiplayer online role-playing game.

Au 18 novembre 2016, elle a collecté 51 083 euros et il lui reste encore 60 jours de campagne pour atteindre son objectif financier du million. L’investissement minimum est de 100 dollars et la valorisation de l’entreprise a été fixée arbitrairement à 22 millions de dollars malgré une perte nette en 2015 d’un montant de 791 312 dollars.

Le 26 mars 2015, ArtCraft Entertainment Inc avait déjà collecté sur Kickstarter 1 766 204 dollars auprès de 16 936 contributeurs à l’issue d’une campagne de Crowdfunding qui avait débuté le 24 février pour financer le développement de Crowfall.

Les contreparties devaient être un accès à la version bêta du jeu disponible en décembre 2016. Seulement voilà, nous sommes déjà à plus de la moitié du mois de novembre et seule une version pré alpha 3.0 est disponible.

ArtCraft Entertainment Inc déclare officiellement qu’elle a tout simplement répondu à une sollicitation de Indiegogo pour lancer sa campagne d’Equity Crowdfunding, mais à mon avis, presque 20 mois après la fin de la campagne de Kickstarter, elle a surtout un nouveau besoin pressant de cash, pour pouvoir continuer à développer son jeu ou plus prosaïquement éponger sa perte de 2015.

Vous connaissez mon point de vue cher ami lecteur fidèle, aucune start-up ne devrait lancer une nouvelle campagne de Crowdfunding avant d’avoir livré les contreparties promises lors de la campagne de Crowdfunding précédente.

C’est le fameux péché capital du Crowdfunding encore à lœuvre !

Décidément, cela semble être la marque de fabrique d’Indiegogo de proposer des campagnes de Crowdfunding ou maintenant d’Equity Crowdfunding, pour des projets où il n’y a pas l’équivalent d’un prototype réellement fonctionnel disponible.

En fait, Indiegogo joue juste les apporteurs d’affaires pour MicroVentures. Elle essaye de monétiser d’une autre façon ses 8 millions de contributeurs de campagnes de Crowdfunding, mais elle apporte également ses mauvaises pratiques semble-t-il…

Je vous conseille donc sans surprise de ne pas investir dans cette offre d’Equity Crowdfunding.

Share

Bullshit detector
Indiegogo ou l’Equity Crowdfunding en mode alpha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *