Hugo Mercier, Itérations d’un jeune entrepreneur gâté

Le 26 février 2019, j’étais tombé sur ce tweet de Fabien Raynaud, lecteur fidèle du blog

Réussir une #startup, c’est difficile. ➡️ Réussir une #startup #hardware, c’est encore plus difficile. Découvrez l’aventure de @dreem_official, racontée par son fondateur @HugoMercierR. Le récit passionnant d’un #entrepreneur. #MustRead

L’avis tweeté de Fabien concernant À la conquête du sommeil était doublement pertinent à mes yeux. C’est un fin connaisseur du monde des start-up et en plus un client satisfait du Dreem. Il décrit ses nuits passées portant son nouveau bandeau connecté dans cet article publié sur Medium. Son objectif personnel était d’améliorer la qualité de son sommeil en suivant chaque micro-trace électrique de son activité cérébrale nocturne grâce à l’intégration réussie d’un électro-encéphalographe bourré de capteurs miniaturisés.

J’ai sans hésiter cliqué sur le bouton Acheter cet article de la version Kindle de l’ouvrage et je l’ai lu d’une seule traite hier samedi 2 mars. J’ai été absorbé pendant chaque nanoseconde des presque 5 heures consacrées à la lecture complète du livre.

Je recommande sa lecture à chaque acteur de l’écosystème de l’entrepreneuriat, qu’il soit apprenti startuper ou entrepreneur confirmé, permanent à l’intérieur d’un incubateur/accélérateur, coach, business angel, VC,…

Cela faisait longtemps qu’un livre en français ne m’avait laissé une telle impression positive !

J’ai énormément apprécié la franchise de Hugo dans la restitution de ses relations avec ses investisseurs, particulièrement le premier d’entre eux à lui faire confiance, le docteur Laurent Alexandre. Il le considère dans une interview comme un véritable 3ème cofondateur au côté de son ami Quentin Soulet de Brugière, le CTO de Dreem.

Leur relation directe parfois de type professeur/élève,

Il commence à me faire un cours de comptabilité au tableau, comme à l’école. Il pose des questions auxquelles je ne réponds pas. Je me prends une belle humiliation que je ne vais pas oublier de sitôt.

m’a fait penser figurativement à une scène culte du film de Claude Lelouch Itinéraire d’un enfant gâté. Jean-Paul Belmondo y donne ses leçons pratiques au jeune Richard Anconina.

La courte épopée de Dreem constitue déjà une success-story dans les Deep Tech. Elle a su se saisir des travaux de recherche d’un laboratoire public et mettre au point une première application concrète en réponse à une demande validée.

Personnellement je tire de la lecture de À la conquête du sommeil, 10 leçons illustrées par 10 courts extraits de son contenu.

Leçon #1 : Viser un marché large

L’industrie du sommeil est une industrie de taille, pesant environ 80 milliards d’euros, en croissance de 5 à 10% par an.

Leçon #2 : Constituer une communauté

Le concept : produire une série limitée à 500 unités d’une version bêta du produit, et ouvrir les inscriptions en ligne. Il serait commercialisé à 349 € pour la France, 349 $ pour les États-Unis. On communiquerait sur l’aspect exclusif, et sur la création d’une communauté de premiers utilisateurs, en expliquant que le produit n’est pas prêt mais qu’ils pourraient ainsi participer à notre aventure. C’est ainsi que naît le programme Dreem First.

Leçon #3 : Prioriser les solutions

La fonctionnalité principale du bandeau Dreem First réside alors dans les stimulations audio en sommeil profond.

Leçon #4 : Exécuter rapidement

Il faudra dix-huit mois, quinze personnes à temps plein et 5 millions d’euros pour arriver à une première version fonctionnelle du prototype.

Leçon #5 : Deep Tech = Deep Pockets

Au total, nous avons recueilli ces quatre dernières années 55 millions d’euros, ce qui représente une somme énorme, en particulier pour une entreprise française, sitôt dans son développement.

Leçon #6 : Avoir une vision ambitieuse

À l’échelle de millions de personnes sur des milliards d’enregistrements, les données recueillies pourraient sans doute contribuer à une modélisation du cerveau humain…

Leçon #7 : A no bullshit policy

Un point crucial dans nos réflexions autour de la marque et du marketing est l’importance de l’honnêteté intellectuelle –  » no bullshit « . C’est d’ailleurs aujourd’hui l’une des six valeurs affichées sur un mur de nos bureaux. Il est trop fréquent, dans ce monde de fausses promesses et de fantasmes technologiques, d’entendre des inepties… Cette transparence envers nos utilisateurs est primordiale.

Leçon #8 : Gommer la complexité pour l’utilisateur

Je suis pris d’une soudaine obsession pour la simplicité, la facilité d’usage, et la capacité de notre produit à susciter une émotion lors de son utilisation.

Leçon #9 : Aller chercher des experts reconnus à l’international là où ils sont

Première cible : Emmanuel Mignot. Ce Français installé en Californie depuis vingt-cinq ans, médecin spécialiste du sommeil et docteur en neurosciences, a pris la tête du meilleur centre de sommeil du monde – celui de l’université de Stanford en Californie… Quelques semaines plus tard, Emmanuel devient officiellement le président de notre conseil scientifique et médical.

Leçon #10 : Bien faire et le faire savoir

Dix-huit mois après le lancement de l’essai, les analyses sont finies et nous avons rédigé l’article. Notre publication est enfin acceptée et paraît dans Frontiers in Human Neurosciences le 8 mars 2018.

Share

Hugo Mercier, Itérations d’un jeune entrepreneur gâté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *