Le syndrome de l’hologramme de la princesse Leia

Au secours, Obi-Wan Kenobi, vous êtes mon seul espoir (Message holographique de la Princesse Leia Organa à Obi-Wan Kenobi dans Star Wars ou La Guerre des étoiles – Episode IV – Un nouvel espoir – 1977)

Vous souvenez-vous de ces premiers mots de la Princesse Leia dans le film fondateur de la saga de La Guerre des étoiles ? Son appel au secours est projeté, sous forme d’un hologramme sauvegardé, par le robot le plus connu au monde R2-D2.

C’est une scène mythique du premier opus de la plus populaire franchise cinématographique, créée par George Lucas et aujourd’hui propriété de The Disney Company. Cette projection holographique avait été rendue possible grâce aux talents réunis par le célèbre réalisateur américain dans son entreprise d’effets spéciaux Industrial Light & Magic créée dès 1975 pour l’occasion.

Le film est sorti en 1977, il y a presque 4 décennies ! J’étais alors un adolescent de 16 ans, émerveillé par la découverte des possibilités de cette technologie, que je croyais réelle et appartenir à une civilisation avancée que je commençais à découvrir avec enchantement.

Les Foules Sentimentales seraient certainement aussi attirées aujourd’hui par une campagne de Crowdfunding pour financer le début de la fabrication en série du premier projecteur holographique. Ce projecteur comme R2-D2 utiliserait bien sûr l’air qui nous entoure, comme écran naturel de projection. Continuons de rêver, ce n’est pas interdit au moins tant que l’on reste dans la fiction… Le montant demandé en contrepartie d’un exemplaire pourrait être équivalent au prix moyen d’un vidéoprojecteur de milieu de gamme, soit disons 169 euros hors frais de livraison et taxes.

La campagne de Crowdfunding sur Kickstarter pour l’imprimante Tiko 3D ressemble à ma campagne de Crowdfunding imaginaire pour ce projecteur holographique. Ses 3 créateurs veulent faciliter la transformation de toute idée en objet 3D grâce à leur invention simple à utiliser et proposée à un prix très très bas…

La vidéo de la campagne de Crowdfunding sur Kickstarter pour l’imprimante Tiko 3D m’a immédiatement fait penser à l’extrait de Star Wars avec le projecteur holographique. Il est souvent difficile, voir impossible de discerner la ou les différences entre des images et animations générées par ordinateur et les photos et la vidéo d’un prototype réellement fonctionnel, prêt pour être reproduit en milliers d’exemplaires par l’industriel chinois choisi.

La Tiko 3D ressemble physiquement a un hachoir Seb taille XL. Elle est l’œuvre de deux étudiants prodiges (promotion 2015) de l’Institut de Technologie de l’Université de l’Ontario au Canada : Matt Gajkowski et Michael Zhang. Le duo s’est adjoint les services d’une jeune femme cofondatrice, Sharon Charitar comme contrôleuse de gestion.

Leur imprimante 3D utilise la technologie Delta qui date de 1985. D’après ses créateurs, le design a été simplifié pour diminuer le nombre de pièces nécessaires. Cette simplification permettrait de la proposer au prix de 179 dollars, et même 99 dollars pour les tout premiers contributeurs qui ont profité de cette offre early bird. Elle utilise un filament non propriétaire, ce qui rend son choix indépendant du fournisseur de l’imprimante 3D. Cerise sur le gâteau pour les geeks, elle est wi-fi.

L’Objectif Financier Minimum défini par les créateurs était de réunir 100 000 dollars en 30 jours. Tiko 3D a collecté 2 950 874 dollars auprès de 16 538 contributeurs, sur une période de 30 jours, du 30 mars au 30 avril 2015.

Les Foules Participatives se montrent volontaires pour financer de nouveaux objets technologiques pour qu’ils puissent faire partie un jour très prochain de leur vie quotidienne. C’est l’utilisation de leur capital pour rêver en quelque sorte, leur Dream Capital

J’ai identifié 6 anomalies dans cette campagne de Crowdfunding qui me font douter personnellement, mais je peux et j’espère me tromper, de la capacité ou même de la volonté des fondateurs de livrer ce qu’ils ont promis :

Anomalie #1 : Comme la projection holographique de la princesse Leia, la vidéo de présentation de la Tiko 3D ne montre pas un prototype réellement fonctionnel, c’est à dire prêt à être industrialisé par le sous-traitant chinois toujours inconnu des contributeurs à ce jour. Malheureusement on est plus au cinéma !

Anomalie #2 : Les 3 000 premiers contributeurs, dont ceux ayant bénéficié du prix très bas de 99 dollars (100 contributeurs) ou de 139 dollars (400 contributeurs) pour une imprimante 3D, n’ont pas été livrés comme prévu en novembre 2015. Aucune nouvelle date prévisionnelle de livraison n’a été communiquée ni pour eux, ni pour les milliers d’autres contributeurs qui ont déboursé plus tardivement 179 dollars ou plus.

Anomalie #3 : Les nouvelles publiées depuis la fin de la campagne de Crowdfunding directement sur la page Kickstarter semblent être données plus pour éviter ou retarder d’éventuelles poursuites judiciaires en cas de non-respect des engagements pris. Elles apparaissent comme avoir été rédigées pour respecter les recommandations des conditions d’utilisation de Kickstarter. Les créateurs doivent informer régulièrement les contributeurs des difficultés rencontrées, en gros pour être considérés comme de bonne foi et doivent tout mettre en œuvre pour remédier aux nouveaux problèmes techniques rencontrés. Sinon la sanction peut être sévère :

Le créateur est seul responsable des promesses formulées dans le cadre de son projet. S’il n’est pas en mesure de respecter les conditions de l’accord, il peut être poursuivi en justice par les contributeurs (extrait des conditions d’utilisation de Kickstarter).

Anomalie #4 : Aucun membre de la jeune équipe constituée d’optimistes invétérés ne présente la moindre expérience professionnelle dans l’industrialisation de prototypes. Sur la page Kickstarter, il n’est fait curieusement aucune mention des créateurs, de leurs noms, de leur statut récent d’étudiants ou de leurs expériences professionnelles. Le site tiko3d.com est encore moins loquace sur les fondateurs de la société à l’origine du projet !

Anomalie #5 : La page Facebook de Tiko 3D n’a pas été mise à jour depuis le 11 mai 2015. Idem pour le compte Twitter. C’est le contraire de la transparence. C’est une pratique dangereuse qui pourrait sans prévenir, inverser le soutien d’une communauté de contributeurs, qui jusqu’à présent fait preuve de patience et de compréhension. Au moins si j’en juge par la majorité des commentaires affichés sur la page Kickstarter…

Anomalie #6 : Le prix très bas de l’imprimante n’est pas cohérent avec le prix du marché plus élevé dans un rapport de 5 à 10 fois. Il doit pourtant tenir compte de l’ensemble des coûts directs et indirects. Une imprimante 3D à 179 dollars, cela ne parait pas réaliste même si cela a créé le buzz sur les sites web d’information, les blogs et les forums et a certainement participé au succès financier de la campagne.

Je terminerai par cette phrase des créateurs de la Tiko 3D extraite de leur Actu n° 12 publiée le 7 novembre 2015 sur leur page Kickstarter :

The lesson here is that manufacturing is hard :). que je traduis en français par La leçon ici, c’est que l’industrialisation, c’est difficile 🙂.


Bullshit detector
Le syndrome de l’hologramme de la princesse Leia

2 réflexions au sujet de « Le syndrome de l’hologramme de la princesse Leia »

  1. Completement d’accord.
    Malheureusement, la majorité des gens s’arretent à la page kick starter pour financer le projet de leur reves.
    Pour moi, si les directeurs du projet ne sont pas plus connus que ca, ca sent deja l’entourloupe, mais quand je vois le prix, je me dis clairement que ce n’est pas possible.
    Quand je vois la somme engagé, J’espere vraiment me tromper…

    1. Merci pour ton commentaire. L’actualité récente de Kickstarter me rend pessimiste pour cette imprimante avec le rasoir laser Skarp suspendu par Kickstarter après avoir collecté 4 Millions de dollars (les contributeurs ont été remboursés) ou le mini drone Zano dont l’entreprise vient de se mettre en faillite après avoir collecté 2 335 119 £ (là la très grande majorité des contributeurs n’a pas été remboursée)…
      Effectivement les informations disponibles sur les pages Kickstarter des créateurs ne suffisent pas toujours pour prendre une décision éclairée en tant que contributeur potentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *