Le cycle d’adoption de l’innovation

Le sociologue américain Everett Rogers a défini dès 1962 dans son livre Diffusion of Innovations que toute innovation suit un cycle d’adoption/validation constitué par des personnes aux comportements différents qui forment 5 catégories distinctes.

Je les ai regroupées en 3 groupes pour simplifier mon analyse qui adresse uniquement les caractéristiques des deux premiers :

Groupe #1 : Les Innovateurs (16 %).

Groupe #2 : Les Majorités avancées et tardives  (68 %).

Groupe #3 : Les Retardataires (16%).

Le premier groupe est constitué de personnes qui ont l’habitude d’essuyer les plâtres pour être les premières à utiliser un nouveau gadget car cela fait partie de leur ADN de s’intéresser aux nouvelles créations.

Elles pardonnent les imperfections d’un nouveau produit si elles sont impliquées dans les phases de sa conception. Elles forment les communautés d’utilisateurs passionnés et font des retours d’expérience utiles pour ses versions suivantes.

Seulement voilà, ce premier groupe ne représente que 16% des utilisateurs. Alors la tentation est grande pour des créateurs pressés, de s’adresser immédiatement au deuxième groupe sans attendre la validation du premier.

Ils utilisent alors les codes de séduction de la consommation de masse pour attirer prématurément le deuxième groupe mais à leurs risques et périls. Les pages de description de leurs campagnes de Crowfunding ressemblent à de longs dépliants publicitaires à la forme d’un accordéon vertical.

En procédant ainsi, Ils attirent des consommateurs-contributeurs convaincus que la plateforme de Crowdfunding Kickstarter est la soeur jumelle d’Amazon.

C’est le quiproquo du Crowdfunding de masse.

Share

Bullshit detector
Le cycle d’adoption de l’innovation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *