Crash, cash ou krach ?

Si le krach mondial du Crowdfunding devait avoir lieu en 2017, ce serait dans tous les cas la conséquence de la perte de confiance généralisée des contributeurs dans Kickstarter & Co.

Nous avons échappé de peu en milieu de semaine, à une gigantesque fissure dans cette confiance, qui aurait pu précipiter avant même la fin de l’année, le début du tremblement de terre que je suis encore bien seul à annoncer.

Le 7 décembre 2016, Pebble Technology a publié un communiqué sur son blog, son site d’assistance et Kickstarter pour informer sa communauté qu’elle est dans l’incapacité de continuer à honorer les engagements de sa 3ème campagne de Crowdfunding et à livrer la totalité des montres Pebble 2 promises.

La société Pebble Technology n’est pas n’importe qui dans la jeune histoire de Kickstarter. Elle détient 3 places dont la première dans le classement des 5 campagnes qui ont collecté le plus d’argent depuis les débuts de la plateforme new-yorkaise fin avril 2009. Classement où l’on retrouve également la tristement célèbre Coolest Cooler. Au total Pebble Technology aura collecté entre 2014 et 2016, exactement 43 385 674 de dollars et fait empocher à Kickstarter 2 169 283 de dollars de commissions.

Pebble Technology a également annoncé qu’elle avait vendu la totalité de sa propriété intellectuelle à la société Fitbit, ce qui lui permet de rembourser immédiatement l’ensemble de ses 66 673 contributeurs. Kickstarter devra donc rendre également ses 638 992 dollars de commissions aux contributeurs privés de leur nouvelle montre connectée.

Sa campagne de Crowdfunding sans doute de trop avait débuté le 24 mai 2016 et s’était terminée le 30 juin 2016 avec des dates de livraison prévues échelonnées entre septembre 2016 et janvier 2017 en fonction des contreparties choisies.

Que s’est-il passé ? En fait Pebble Technology souffrait déjà de difficultés financières et l’argent récolté semble avoir servi surtout à prolonger la survie de l’entreprise de quelques mois, le temps de trouver dans l’urgence un repreneur et finaliser avec lui le moins mauvais accord. Le sauveur Fibit  a ainsi pu dicter ses conditions en excluant le rachat pur et simple de l’entreprise et la reprise de son passif évalué à plus de 40 millions de dollars. Les contributeurs ont joué le rôle de banquier malgré eux, à qui Pebble Technology aura caché l’état réel de sa santé financière… A la différence de l’Equity Crowdfunding, il n’y a pas d’obligation de transparence en la matière.

D’après un communiqué de presse d’IDC daté du 24 octobre 2016, Pebble Technology ne détenait qu’environ 3% du marché des montres intelligentes avec un acteur dominant aux poches pleines : Apple. Le créneau maintenant le plus porteur toujours d’après IDC, serait les montres qui vous aident à rester en bonne santé grâce à ses capteurs et algorithmes dédiés. Cela tombe bien, c’est justement le cœur de métier de Fitbit. Je ne serais pas surpris que son action cotée au Nasdaq retrouve la forme après cette jolie opération financière optimisée et qui sait, peut être que Apple finira par avaler à son tour Fitbit, ce qui constituerait certainement un investissement stratégique pour conserver sa place de numéro 1 dans la catégorie des montres intelligentes et prendre une solide position sur le marché convoité de la santé.

Imaginer les conséquences si Pebble Technology n’avait pu s’engager à rembourser ses dizaines de milliers de contributeurs ?

Je remercie les membres du groupe Facebook Indiegogo & Kickstarter Scam Awareness dont j’ai sollicité l’opinion et qui ont bien voulu répondre : Adi Yoga S. Prabawa, John Lewis, John Smith et Guy Lev Raz. La lecture de leurs commentaires a été une source importante d’inspiration pour l’écriture de ce court article qui se différencie je l’espère de tout ce qui a déjà été publié sur le sujet.

Share

Bullshit detector
Crash, cash ou krach ?

Une réflexion au sujet de « Crash, cash ou krach ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *