Qui peut se permettre de monter sa boîte « pour rigoler”?* Attention, Question à… 15 millions d’euros minimum !

Quant à Kima Ventures, nous financerons la prochaine boite de Damien 🙂 (Jean de la RochebrochardKima VenturesQuora – 20 janvier 2018)

Damien Morin a ouvert sa première boutique spécialisée dans la réparation de smartphones en février 2013, rue Duret dans le XVIème arrondissement de Paris, à l’âge de 23 ans, alors encore étudiant à l’EBS, spécialisation… Finance and Financial Management Services, cela ne s’invente pas !

Son ambition a vite été de construire un Empire (prononcez /ˈɛmpaɪər/) de points de vente, spécialisés dans la maintenance des futures dizaines de milliards d’objets connectés, annoncés et attendus comme le messie, en commençant par votre smartphone.… Lire la suite

Share
Qui peut se permettre de monter sa boîte « pour rigoler”?* Attention, Question à… 15 millions d’euros minimum !

10 leçons que chaque entrepreneur peut retenir de Napoléon Bonaparte

Et si Napoléon avait finalement gagné la bataille de Waterloo ?

C’est la question qui est indirectement et brièvement soulevée, dans un long article de 6 pages hors illustrations, en anglais, intitulé Napoleon’s last stand The Bloody battle of Waterloo du numéro de janvier/février 2018 de National Geographic History, signé par l’historien français Jean-Noël Brégeon :

Some historians believe that had it not rained, Napoleon would have defeated the allied army within a few hours, long before the Prussians arrived.Lire la suite

Share
10 leçons que chaque entrepreneur peut retenir de Napoléon Bonaparte

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : nouveau Waterloo ! épilogue 2018

« …Puis on revint au coq, mais Napoléon n’en voulait pas. « Le coq n’a point de force, il ne peut être l’image d’un empire comme la France. Il faut choisir entre l’aigle, l’éléphant et le lion. » Pour finir, le choix se porta sur l’aigle, … » (suite de l’extrait cité en début de l’épisode 1 tiré du livre Napoléon de Vincent CroninAlbin Michel -1979)

J’ai constaté une mini fissure dans l’édifice de la bien-pensance qui prévalait au moins jusqu’à fin 2017 : la nécessité de se focaliser sur une présence quantitative de la French Tech au CES.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : nouveau Waterloo ! épilogue 2018

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 25/25

Vandelay/Lokly est une société par actions simplifiée à associé unique au capital de 270 000 euros, créée le 2 juin 2015 à Verrières-le-Buisson dans l’Essonne. Son président est Innovative Sustainable Business ou INOSIS, société par actions simplifiée au capital de 490 000 euros, créée le 20 avril 2009 et son DG est Benoit Berthe. Le président de INOSIS est Charles Shahrokh Ghavamian, également directeur associé de Necs. À la fin de l’exercice 2016, clôturé le 30 juin, INOSIS a réalisé un chiffre d’affaires de 98 000 euros avec un résultat net de… 149 600 euros.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 25/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 24/25

Unistellar, est une société par actions simplifiée, au capital de 20 000 euros, cofondée à Meyreuil dans les Bouches-du-Rhône par Arnaud Malvache, diplômé de Polytechnique, son président/CTO et par Laurent Marfisi, ingénieur ENSAM, son CEO. Le duo de cofondateurs est complété d’Antonin Borot, également diplômé de Polytechnique, en tant que Chief of Optical Engineering et de Franck Marchis, astronome du SETI Institute en Californie, en qualité de Chief Scientific Officer.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 24/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 23/25

TimeScope est une société par actions simplifiée au capital de 2 432 euros, cofondée le 13 juillet 2015 à Paris par Adrien Sadaka, diplômé de l’ESCP, son président et par Basile Segalen, ancien de Science Po Lille, son DG.

Je n’oublie pas de citer Guillaume Polvé, le CTO indépendant car ayant son propre cabinet Le Dessein La Manière, ingénieur CNAM. Bien que non cofondateur de TimeScope, Guillaume est certainement l’homme clé de l’équipe, pour avoir conçu un point d’information qui m’a donné l’excellente impression, d’être aussi solide que techniquement irréprochable.Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 23/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 22/25

Oui, avec la 22ème start-up sélectionnée, Team 8, j’ai enfin isolé l’ingrédient mystérieux, le seul vraiment qui compte 😉, pour faire partie du casting French Tech organisé par Business France :

Il s’agit avant tout d’être un entrepreneur aux prédispositions certaines, pour le storytelling, à l’image du fondateur de Team 8, Stéphane Daucourt :

My name is Stephane, and here’s my story.

When I was young, like most kids, I dreamed to be a super hero. Unfortunately, i was not the super fit kind of kid.

Lire la suite
Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 22/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 21/25

Snips est une société par actions simplifiée au capital de 16 746 euros cofondée à Paris le 16 avril 2012 par Rand Hindi, son président, Michael Fester, son 1er DG et Maël Primet son 2ème DG. Son chiffre d’affaires à fin 2016 est de 5 900 euros avec une perte de 2 738 700 euros…

Rand Hindi me fait vraiment penser à un gourou, plus diseur que faiseur, qui a eu pour l’instant le seul mérite de convaincre des investisseurs de lui confier 21 300 000 dollars, dont la Maif et BPI France, sur la base de déclarations de grandeur et d’indépendance retrouvées.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 21/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 20/25

La société AC&B est une société par actions simplifiée au dernier capital publié de 132 480  euros à Rosières, près de Troyes dans l’Aube, cofondée le 14 février 2012 par Morgan Acas diplômé de la Sup de Co locale, son président et par Thomas Dauxerre. Elle exerce son activité commerciale sous ses marques Romy et Romy Paris. Les derniers comptes déposés, ceux de 2016, l’ont été avec déclaration de confidentialité selon le site web d’Infogreffe. Des pertes, ça pourrait faire mauvaise figure !… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 20/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 19/25

R-Pur est une société par actions simplifiée au capital variable de 3 000 euros, du Kremlin-Bicêtre dans le Val-de-Marne, cofondée le 26 décembre 2016 par Flavien Hello, diplômé de l’EPITECH, son président et par Matthieu Lecuyer, son DG.

R-Pur a inventé un masque de protection contre les particules, connecté à votre smartphone, made in France, confortable et stylé, pour les conducteurs de 2 roues. Il est censé leur épargner en prime, de mourir des suites de la pollution ou accessoirement d’asphyxie grâce à la présence d’une valve brevetée d’extraction d’air chaud.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 19/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 18/25

My Brain Technologies est une société par actions simplifiée, basée à Paris, au capital de départ de 15 048 euros, cofondée le 5 septembre 2014 par Yohan Attal, son président, par Thibaud Dumas, son CTO jusqu’à juin 2017 (information qui peut faire peur, présente en exclusivité sur LinkedIn) et par Julien Fiszman, son CMO. Au 31 décembre 2016, son chiffre d’affaires était de 83 600 euros pour un résultat net de -252 100 euros, malgré des immobilisations incorporelles d’environ 300 000 euros.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 18/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 17/25

Miraxess est une société par actions simplifiée à Fleurieu-sur-Saône, dans le département du Rhône, au capital de seulement 31000 euros, créée le 3 novembre 2015 par Yanis Anteur, qui exerce les fonctions de président.

La start-up a créé une station d’accueil, The Mirabook, afin de transformer votre mobile Android en véritable ordinateur portable, lors de vos déplacements et de vous donner ainsi le confort visuel d’un écran 13 pouces.

Afin de financer l’industrialisation de son innovation, elle a mené une campagne de Crowdfunding sur la plateforme Indiegogo.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 17/25

La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 16/25

Mainbot est une société par actions simplifiée au capital de 1 147 euros, cofondée le 28 décembre 2016 à Palaiseau par Boris Kesler-Fasano, son président, Javier Alaves, son Chief Operations Officer et Antoine Mulin, son CTO.

Mainbot a pour projet de créer un robot, Winky, destiné aux enfants âgés entre 6 et 10-11 ans, afin de leur apprendre, finalement, les bases de la robotique. Sa maquette se présente sous la forme familière d’une sphère de 15 cm de diamètre, avec 2 pieds et 2 oreilles à usage unique d’ornement et un écran LED pour lui donner des yeux et un simulacre de vie.… Lire la suite

Share
La délégation de start-up de la French Tech au CES 2018 : future Waterloo ou Austerlitz ? épisode 16/25